Apple confirme son intérêt pour la voiture autonome

Plusieurs grands noms de la technologie et du domaine de la construction automobile travaillent actuellement au développement d’une voiture autonome. On sait que Google par exemple développe son propre véhicule sans chauffeur. Pour Apple, malgré des rumeurs, les choses n’étaient pas aussi claires. Elles le sont désormais. Le géant américain à même de grandes ambitions dans ce domaine prometteur et il le fait savoir. Voiture autonome : il faudra compter sur Apple C’est donc enfin officiel, Apple s’intéresse bien de très près à la voiture autonome et compte bien être un acteur incontournable dans le domaine. Le géant américain a en effet confirmé ses ambitions pour la voiture sans chauffeur dans une lettre adressée à la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l’organisme américain en charge de la sécurité routière. « Apple a hâte de collaborer avec la NHTSA et d’autres parties afin qu’on puisse profiter de manière sûre, responsable et rapide des importants bénéfices sociétaux des véhicules automatisés » a ainsi écrit Steve Kenner, directeur du groupe en charge de «l’intégrité des produits». Dans son courrier, le géant américain indique également investir lourdement dans le machine learning et les systèmes autonomes. Quid du « Projet Titan » ? La firme de Cupertino s’est également montrée favorable aux partages des données entre les constructeurs, notamment en ce qui concerne les accidents. Dans le but de « construire une base de données plus complète que ce qu’une seule entreprise pourrait faire seule » indique l’entreprise américaine. Depuis deux ans, de nombreuses rumeurs récurrentes faisaient état du « Projet Titan », une voiture autonome signée par la marque à la pomme. Tim Cook, le grand patron du groupe n’ayant toutefois jamais confirmé l’existence d’un pareil programme. Aux dernières nouvelles, le projet aurait été abandonné par Apple qui aurait revu ses ambitions à la baisse. Le groupe américain ne construirait plus une voiture autonome depuis zéro mais se concentrerait sur le développement de technologies permettant aux véhicules de conduire de manière autonome. Source : lefigaro.fr