Tim berners Lee veut trouver des solutions contre la surveillance du web

Il est loin le temps où Tim Berners Lee avait fondé le web avec l’espoir d’offrir au monde un espace de discussion et d’échange, afin d’aider les scientifiques à partager leurs travaux et leurs découvertes. Voyant ce qu’est devenu le web en seulement une vingtaine d’années, ce dernier a tenu à faire une intervention très remarquée lors du « Decentralized Web Summit », une conférence qui s’est tenue à San Francisco. Sortir de la prédominance des géants mondiaux et de la surveillance généralisée Le père du web regrette que : « Les revenus publicitaires sont devenus la principale source de revenus d’un trop grand nombre d’acteurs du Web ». Ce système de monétisation a transformé internet en une immense machine à espionnage, afin de tirer des informations personnelles sur chaque individu. Il a également indiqué : « Tout le monde assume que le consommateur d’aujourd’hui est obligé de passer un deal avec un énorme appareil marketing en échange de services gratuits, quand bien même nous sommes horrifiés de ce qui est fait de nos données. » Il dénonce la mainmise de quelques sociétés sur le web en déclarant : « Le web est déjà décentralisé. Le problème provient du fait qu’il est dominé par un seul moteur de recherche, Google, un seul service de microblogging, Twitter, un réseau social, Facebook. Notre problème n’est pas technologique, il est social. » Tim Berners Lee : « Le Web contrôle ce que les gens regardent »
Il regrette également que « Le Web contrôle ce que les gens regardent. Il crée des mécanismes sur la manière dont les gens interagissent. Le Web aurait pu être magnifique mais le cyber-espionnage, le filtrage des sites web, les recommandations de contenus qui vous emmènent sur les mauvais sites sapent complètement l’esprit d’aider les gens à créer. » Ardent défenseur d’un web libre, Tim Berners Lee a donc invité toutes les personnes à imaginer des solutions afin de sortir de ce schéma, notamment dans le domaine de la centralisation du web et de la protection des données personnelles. Il recommande la reprise du contrôle du Web et de la sécurité, via de nouvelles technologies afin de sortir de la prédominance des géants mondiaux et de la surveillance généralisée. Source : ITespresso