Le créateur d’internet n’est pas satisfait de son évolution

Il évoque de nombreux points déjà soulevés par les acteurs du net mais également les internautes.Internet est aujourd’hui démocratisé et s’ouvre aux pays émergents. Il faut dire que les smartphones ont été un bon moteur pour son expansion et nombreuses sont les possibilités à travers les réseaux sociaux. Et c’est justement cette utilisation narcissique ou haineuse que dénonce le créateur d’internet pour le magazine Vanity Fair : Tim Berners-Lee – également appelé Sir Berners-Lee. Pour l’histoire, c’est en 1990 que l’ingénieur informatique inventa sur un ordinateur NeXt – crée par une entreprise dirigée par Steve Jobs… – le terme World Wide Web (WWW). Autant dire que l’homme n’est pas n’importe qui est son recul sur internet est nécessaire.Tim Berners-Lee n’aime pas ce que le net est devenuC’est donc il y a trente ans que Tim Berners-Lee a permis la création d’internet. Aujourd’hui, l’homme se dit déçu – en interview pour Vanity Fair – sur ce qu’est devenu son outil.Sommes-nous sûrs que le reste du monde veuille réellement avoir accès à Internet, tel qu’il est aujourd’hui, synonyme de surveillance et d’abus en tous genres, avec des internautes pris en otages du bon vouloir d’une poignée d’acteurs qui contrôlent tout ? […] Les problèmes que doit affronter le Web sont complexes et immenses, mais il faut que nous regardions cela comme s’il s’agissait de simples bugs. Les problèmes et erreurs créés par les hommes peuvent être réparés par les hommes, avec de la bonne volonté.Il faut dire que nombreuses sont les sociétés à pratiquer la surveillance de masse pour des publicitaires – Google en est le parfait exemple – ou encore influencer des décisions politiques – Facebook et l’affaire Cambridge Analytica, pour ne citer qu’elle… Les réseaux sociaux comme Twitter ont également été de grands catalyseurs dans la libération de la parole haineuse, le contenu raciste, homophobe etc malgré les efforts à travers de nombreux bots, impuissants.Le Web était censé servir l’humanité, mais c’est un échec sur de nombreux pointsBien évidemment, rien n’est perdu comme l’explique Tim Berners-Lee à la fin de cet extrait. Seul l’être humain pourra remédier aux problèmes causés par internet et empêcher la main-mise de plusieurs géants sur ce dernier.