Les jeux en ligne seraient la cause des mauvaises connexions internet d’après un organisme australien

Un organisme affirme que les joueurs consommeraient trop de bande-passante !Les internautes ne connaissent que trop bien la frustration d’avoir une mauvaise connexion internet : une page qui reste blanche, une série Netflix qui refuse de charger, un téléchargement bien trop lent. En général, ces derniers commencent par blâmer la qualité de la connexion, puis l’opérateur, avant de tenter toutes sortes d’opérations pour tenter de “redémarrer internet”. Seulement voilà : la National Broadband Network en Australie accuse les joueurs d’être responsables de la mauvaise connexion internet. Les gamers consommeraient bien trop de bande-passant d’après l’organisme. Ce dernier souhaiterait même réduire la qualité de la connexion des joueurs après un certain nombre d’heures de jeu et lors des heures de pointe. De quoi enrager un bon coup les gamers !Les gamers sont responsables et consommeraient trop de bande-passanteLa National Broadband Network australienne compte bien faire la guerre aux joueurs qui passent trop de temps sur les jeux en ligne. L’organisme voudrait tout simplement réglementer les jeux vidéo pour permettre une meilleure connexion internet aux autres utilisateurs. ABC News a expliqué que Bill Morrow, directeur de la National Broadband Network australienne, a déclaré lors d’une audience parlementaire vouloir s’attaquer aux joueurs pour une optimisation de la vitesse d’internet !Lorsque les joueurs sont en ligne, il y a toujours un besoin de bande-passante énorme. Nous pouvons offrir un service seulement si vous n’impactez pas les autres.L’homme propose donc une réduction d’internet pour les joueurs qui consomment le plus et plus précisément lors des heures de pointes. Une attitude agressive vis-à-vis des joueurs qui interroge. Et pour cause : ces derniers sont loin d’être ceux drainant le plus de bande-passante. Netflix représente par exemple 14% du trafic sur internet. Une telle solution – restreindre l’accès internet aux gamers – est loin d’être envisageable pour les libertés individuelles.