OnePlus 5 : le terminal aux 8 Go de RAM à 437€ seulement

Démarrons comme le fera probablement la majorité des joueurs par cette fameuse campagne solo qui sert aussi bien à prendre les fonctionnalités du jeu en main qu’à rendre humide les plus fans. La promesse enthousiasmante d’EA était ainsi que le joueur allait, pour changer, être dans le camp de l’Empire. Et, en effet, le début de l’aventure nous met dans la peau de Iden Versio, une commandante de l’unité d’élite Inferno durant les évènements de Star Wars Episode 6. La campagne de Battlefront 2 est en effet pensée pour faire le lien entre Le Retour du Jedi et Le Réveil de la Force et mettre en scène certains évènements non montrés au cinéma. Sur le papier tout cela est intéressant et plutôt malin pour meubler en attendant Star Wars 8, mais trop rapidement le soufflet retombe.Wink wink Rogue OneEA Pendant les 5 à 6h que dure le scénario comme le premier Call of Duty venu, le joueur enchaîne les scènes sans grand rapport les unes avec les autres et très rapidement on se retrouve une nouvelle fois du côté des gentils. Si le plaisir d’incarner des personnages connus de Star Wars est bien là (malgré l’absence triste des voix officielles en VO comme en VF), impossible de ne pas ressentir une volonté un peu abusée des scénaristes de brosser les fans dans le sens du poil en multipliant à outrance clins d’oeil, lieux (connus ou nouveaux, ce qui est agréable) et véhicules célèbres pour le plaisir. Reste que l’ambiance Star Wars est véritablement là et aucun jeu de la franchise n’a été aussi beau et plaisant dans les oreilles. Les développeurs savent ce qu’ils font avec le moteur Frostbite et cela se ressent, notamment en extérieur où les yeux pétillent régulièrement.Malheureusement, si vous comptez acheter Battlefront II uniquement pour le solo, vous feriez mieux de garder votre argent et d’aller voir les nombreuses (et réussies) cinématiques sur YouTube. Non seulement la fin de la campagne n’en est pas vraiment une (la suite sera proposée plus tard en DLC gratuit…), mais surtout – et même si l’on ne lui demande pas d’être un Arma ou un DOOM – le gameplay de BFII est plat et beaucoup trop orienté grand public pour être captivant. Si la prise en main est instantanée donc, et qu’il y a du mieux du côté des sensations et de la visée par rapport au premier Battlefront, même poussée au maximum, la difficulté est quasi absente de la campagne et bien souvent c’est l’ennui qui domine malgré quelques passages réussis.L’IA, qui meurt presque toujours d’un coup sans vraiment avoir à viser tellement les hitbox sont généreuses et la visée précise, fait le minimum syndical, et il faut bien des explosions et de la musique made in Star Wars pour réveiller le joueur régulièrement. Les phases à pied ne proposent bien souvent que des couloirs dirigistes et seuls quelques trop rares chemins alternatifs, possibilités basiques d’infiltration, interactions avec l’environnement, objets à trouver et choix de capacités/armes à faire viendront donner un minimum de possibilités. Le jeu s’avère finalement meilleur dans ses phases en vaisseaux (également à la 1ère ou 3ème personne, appréciable), même si on n’atteint pas le niveau de finesse d’un Elite Dangerous ou d’un Everspace.Reste qu’être à bord d’un vaisseau emblématique de la saga en pleine bataille spatiale avec des éléments partout autour de soi est assez grisant tant, une fois encore, le travail sur l’ambiance, les sons, les explosions ou les lumières est irréprochable. La campagne de Battlefront II est clairement plus pensée pour être vécue que vaincue. Si vous n’avez pas de problème avec cela et avec un scénario qui finalement retombe rapidement dans la facilité et le fan service à outrance plutôt que l’originalité, vous pouvez éventuellement envisager d’y mettre les pieds. Sinon, vous avez mieux à faire. Avant de passer au multijoueur, relevons qu’un mode arcade en solo contre des IA permet également de jouer et de s’entraîner tranquillement via des mini scénarios à difficulté croissante ou des parties personnalisées tout en récupérant quelques ressources pour débloquer du contenu.