Pandemonium : un biopic sur Vince McMahon, le patron de la WWE

Durant l’été, la WWE et Vince McMahon ont refusé le script d’un film voulant raconter l’histoire de celui qui est considéré depuis de nombreuses années comme un grand artisan de la popularité considérable du catch aux États-Unis. Néanmoins, le média américain Deadline rapporte que les producteurs ont finalement obtenu le feu vert de Vince McMahon lors de ces dernières semaines. Baptisé Pandemonium, ce biopic sur Vince McMahon sera produit par TriStar (Sony Pictures) sachant que John Requa et Glenn Ficarra (Whiskey Tango Foxtrot) seront les réalisateurs du film avec l’aide de Craig A. Williams pour l’écriture du script. Les studios de la WWE aideront également puisque le président Michael Luisi rejoindre Andrew Lazar et Adam Goldworm comme producteur. Vince McMahon : l’icône de la WWE Durant les années 1970, Vince est devenu un acteur important dans la compagnie de son père (World Wide Wrestling Federation) et il l’a poussé à changer le nom celle-ci en World Wrestling Federation (WWF). En 1979, la WWWF est devenue la WWF et Vince a acheté le Cape Cod Coliseum, où se dérouleront désormais des matches de hockey et des compétitions de lutte. En 1980, il a incorporé Titan Sports dans la fédération qui va acheter le Capitol Wrestling Corporation de son père en 1982. Contre les vœux de son père, Vince a commencé une expansion nationale qui va fondamentalement changer la compagnie. En 1983, Vince possède le contrôle total et la propriété de la WWF et des directions futures, ayant acheté toutes les actions de l’ancien partenaire de son père, Gorilla Monsoon. En achetant les actions, Vince a promis à Monsoon un emploi à vie et Monsoon est resté affilié avec la WWF jusqu’à sa mort. Le père de Vince est décédé en 1984, laissant à son fils le soin de continuer à faire progresser la lutte. La première chose qu’il a faite en tant que propriétaire unique de la WWF a été de se séparer du National Wrestling Alliance, ce qui était une vision d’avenir puisque la promotion de la lutte nationale était incompatible avec les anciennes philosophies de promotions. Crédits Photos : WWE