Les meilleurs antivirus PC du moment

Les meilleurs antivirus PC du moment

Top du Top Kasperky Lab Internet Security 2017Une protection parmi les meilleures du marchéLes faux positifs sont peu nombreuxDes outils par dizaines pour traiter toutes les menacesDe multiples réglages pour les expertsUn module contrôle parental particulièrement efficace Kasperky Lab Internet Security 2017 Acheter sur Amazon Coup de coeur Avast Free AntivirusUne protection gratuite reconnue par de nombreux laboratoires indépendantsL’accessibilité de l’interface est un vrai plusUn mode jeu qui marche plutôt bien pour ne pas gêner l’utilisateurLe module de gestion des mots de passe est bien pratique Avast Free Antivirus Acheter sur Amazon Qualité / Prix Bitdefender Internet Security 2017Une des meilleures protections sur le marchéUne interface claire et simple d’accès malgré ses nombreux modulesL’outil de contrôle parental est très bien penséUn rapport qualité / prix plutôt bien vu Bitdefender Internet Security 2017 Acheter sur Amazon Depuis un peu plus de dix ans, Microsoft livre l’antivirus Windows Defender avec ses systèmes d’exploitation. Si cette protection est intéressante, elle paraît un peu légère aux yeux des spécialistes qui conseillent l’utilisation d’un antivirus plus « musclé ».WannaCry, Petya, ILOVEYOU ou CryptoLocker, tels sont les noms de quelques-uns des logiciels malveillants les plus connus. Nous avons volontairement choisi de ne pas parler de virus, car ils ne répondent pas tous à cette catégorie. Le terme est devenu générique, mais il regroupe des réalités et des dangers bien différents selon qu’il s’agisse d’un virus proprement dit, d’un vers ou d’un cheval de Troie pour ne donner que trois exemples.Un logiciel malveillant n’est de toute façon et comme son nom l’indique jamais bien intentionné. Dans certains cas, il s’agit simplement d’effacer des données sur votre poste, mais dans d’autres cas, l’attaque peut être plus insidieuse. Apparu en 2016, Petya est ce que l’on appelle un rançongiciel ou ransomware en anglais. Il bloque purement et simplement tout accès aux ordinateurs touchés et demande le paiement d’une rançon en bitcoins pour libérer ses victimes.Aujourd’hui, les principaux analystes estiment que la menace n’a jamais été aussi importante, même s’il convient de la relativiser : les dernières attaques d’envergure visaient les organismes d’importance (hôpitaux, administration…). La protection de votre machine ne doit toutefois pas être négligée et c’est pourquoi nous avons préparé ce dossier pour vous aider à choisir parmi les multiples antivirus / logiciels de sécurité qui existent.Les meilleurs antivirus PC (Windows 10)Kasperky Lab Internet Security 2017Avast Free Antivirus / Avast Premium 2017AVG Free Antivirus / AVG UltimateAvira Free Antivirus / Avira Total Security SuiteBitdefender Internet Security 2017ESET Internet Security 2017F-Secure SAFE 2017McAfee Internet SecuritySymantec Norton Security StandardTrend Micro Internet SecurityAfin de dresser notre liste des meilleurs antivirus, nous nous sommes basés sur notre expérience personnelle ainsi que sur les résultats des tests menés par les indépendants d’AV-Comparatives. Notre préférence va ainsi au logiciel Kaspersky Lab Antivirus ou ses déclinaisons Internet Security et Total Security. Plus globales, elles ajoutent notamment une protection lors de la navigation. La seconde nous semble toutefois inutilement chère. Mention spéciale tout de même pour les antivirus gratuits Avast Free Antivirus et AVG Free Antivirus. Ils sont moins complets que Kasperky et peut-être un peu moins accessibles, mais ils protègent très efficacement et sans dépenser un centime.”Kasperky Lab Internet Security 2017 Voir sur Amazon Fondé il y a vingt ans de cela, le Kaspersky Lab jouit d’une excellente réputation dans le domaine de la sécurité informatique et ses outils figurent toujours parmi les meilleurs. Ce n’est pas cette année que les choses vont changer et selon AV Comparatives, la protection Kaspersky est systématiquement sur le podium : même si elle ne parvient pas toujours à détecter 100% des menaces, elle n’en est jamais bien loin (99,8% en juin).La sortie de Windows 10 avait été comme une épine dans le pied de Kaspersky Lab qui n’avait pas réussi à mettre sa suite à niveau et rencontrait dysfonctionnements sur dysfonctionnements. Ce n’est aujourd’hui plus le cas et Internet Security 2017 est parfaitement intégré au système d’exploitation de Microsoft. Plusieurs outils sont de la partie afin d’éviter aussi bien les malwares classiques que le phishing ou le spam. La présence d’un très bon outil de contrôle parental devrait rassurer les familles qui pourront aussi compter sur la protection des transactions, bancaires notamment.Kaspersky Internet Security est par ailleurs un produit réellement multisupport qui protège aussi bien les machines sous Windows que les Mac, les smartphones et les tablettes. En réalité, le seul problème de cette suite Kaspersky concerne cette richesse logicielle qui pourrait perdre certains utilisateurs peu aguerris. Les développeurs se sont arrangés pour que l’interface reste conviviale, mais le fait est que les outils, les options sont très nombreux et qu’il n’est pas toujours simple de voir qui fait quoi, qui sert à quoi.Pour le principe, reprochons également à Kasperky son prix. En effet, la protection monoposte offerte par Internet Security est facturée 50€. Pour couvrir « toute la famille », il faut viser la Total Security qui, hors promotion, se négocie 70€. Heureusement, il y a toujours moyen de dénicher une réduction pour ramener son tarif à 55€. Une protection parmi les meilleures du marchéLes faux positifs sont peu nombreuxDes outils par dizaines pour traiter toutes les menacesDe multiples réglages pour les expertsUn module contrôle parental particulièrement efficace On s’y perd un peu face à tous ces outilsTarif hors promotion plutôt élevé pour Total Security (70€) Kaspersky Internet Security 2017 | 1 poste | 1 an | PC/Mac/Android/iOS | Téléchargement de Kaspersky EUR 27,21 Avis & Photos AcheterAvast Free Antivirus / Avast Premium 2017 Voir sur Amazon Mis au point par la compagnie tchèque éponyme, Avast Free Antivirus est sans doute l’un des antivirus gratuits les plus connus actuellement disponibles et l’un des plus réputés. Régulièrement dans le peloton de tête des tests effectués par AV Comparatives, Avast Free Antivirus ne sacrifie donc pas l’efficacité sur l’autel de la gratuité.Ciblant volontairement un public non expert, Avast Free Antivirus veille plus particulièrement à proposer une interface épurée et simple d’accès. Le fait est que c’est une réussite et même sans s’y connaître, on retrouve rapidement ses petits. Nous apprécions que le moteur de détection soit capable de travailler sans demander systématiquement à l’utilisateur d’intervenir. Depuis peu, Avast a également intégré un module capable de détecter quand un jeu vidéo est lancé afin, dans ce cas, de réduire les notifications de l’antivirus et de Windows tout en gardant les performances à leur plus haut niveau.Notez toutefois qu’Avast distribue des versions encore plus complètes de son logiciel de sécurité. La plus connue n’est autre qu’Avast Premium 2017, un outil commercialisé 80 euros. Pour ce prix, on bénéficie d’une assistance supplémentaire, mais aussi et surtout de nombreux modules additionnels. Comme souvent dans ce genre de cas, les choses deviennent plus complexes à gérer, mais Avast s’est tout de même arrangé pour que la marche ne soit pas trop haute. L’anti-rançongiciel est l’un des derniers à voir vu le jour. Il rejoint le gestionnaire de mots de passe ou le « broyeur » de fichiers. Un pare-feu plus puissant / efficace que celui de Windows est également proposé.Avast Premium 2017 est incontestablement un outil complet et bien pensé, mais pour être tout à fait honnêtes, nous ne voyons guère d’intérêt à passer de la version Free Antivirus à ce poids lourd de la protection. L’antivirus gratuit fait plus que correctement son travail et suffira à la majorité des utilisateurs. Une protection gratuite reconnue par de nombreux laboratoires indépendantsL’accessibilité de l’interface est un vrai plusUn mode jeu qui marche plutôt bien pour ne pas gêner l’utilisateurLe module de gestion des mots de passe est bien pratique Quelques modules moins efficaces (vulnérabilité Wi-Fi)Une version Premium bien onéreuse Avast Premium 2017 – 3 Ans 3 PCs de avast! EUR 62,99 Avis & Photos AcheterAVG Free Antivirus / AVG Ultimate Voir sur Amazon Tchèque lui aussi, AVG Free Antivirus est sans doute l’un des plus anciens logiciels de détection encore sur le marché : sa première version, bien plus confidentielle alors, date effectivement de 1991. En plus d’un quart de siècle, le logiciel a passablement évolué, mais il a aussi et surtout connu le rachat puisqu’il est maintenant dans le giron d’Avast ce qui n’empêche pas les deux antivirus gratuits d’évoluer parallèlement.Souvent un très léger cran en-dessous d’Avast Free Antivirus selon les différents tests des laboratoires indépendants, AVG Free Antivirus n’a toutefois pas à rougir de la comparaison. Si l’on en croit AV Comparatives par exemple, il détecte autant de virus que son concurrent et annonce autant de faux-positifs. La différence se situe seulement au niveau des demandes d’intervention utilisateur : une de plus pour AVG. Rien de catastrophique donc d’autant que nous avons une très légère préférence pour l’esthétique de l’interface AVG, mais nous avons conscience qu’il s’agit de quelque chose de subjectif.Ce qui l’est moins en revanche, c’est la distinction plus nette entre les différents modules. On voit un peu plus clairement les protections actives et celles qui ne le sont pas… même si cela permet aussi à AVG de montrer qu’il est possible d’avoir un logiciel bien plus complet. L’éditeur propose effectivement deux « montées en gamme » avec AVG Internet Security (55€) et AVG Ultimate (75€). Ce dernier a le bon goût d’être un petit peu moins cher que certains concurrents, même si nous considérons encore que c’est beaucoup demander pour une sécurité certes plus importante, mais loin d’être indispensable.AVG Ultimate intègre par exemple un pare-feu plus complet, permet de crypter certaines données dites sensibles et s’avère très efficace dans le repérage des tentatives d’hameçonnage (phishing). Cela dit, comme ce fut le cas avec Avast, autant nous vous conseillons vivement la protection gratuite, autant nous vous déconseillons de débourser 75€ (hors promotion) pour cette Ultimate qui alourdit considérablement la suite logicielle. Une qualité de protection reconnue par les principaux laboratoiresNous apprécions la vitesse d’analyse des fichiersBonne intégration avec le logiciel d’optimisation PC TuneUpUne interface épurée particulièrement claire Pourquoi limiter la version de PC TuneUp à seulement 30 jours ?Une version Ultimate qui alourdit nettement le fonctionnement du soft -20% AVG Ultimate | ILLIMITÉ | 12 Mois de DEISATECH EUR 74,99 EUR 59,99 Avis & Photos AcheterAvira Free Antivirus / Avira Total Security Suite Voir sur Amazon Jamais deux sans trois. Avec Avira Free Antivirus, nous bouclons en quelque sorte la boucle. Il s’agit effectivement du troisième antivirus gratuit le plus populaire actuellement sur le marché avec Avast et AVG. Il s’agit aussi de l’un des antivirus les plus anciens encore commercialisé puisque la première version date de 1988. Aujourd’hui, Avira détient une part importante du marché des antivirus, estimée à plus ou moins 9-10% en fonction des sources.Un succès qui n’est pas le fruit du hasard, même si les derniers tests réalisés par AV Comparatives laissent entrevoir un très léger décalage avec notre duo Avast / AVG : Avira a bloqué trois menaces de moins (sur 1955) et déclenché un faux-positif supplémentaire. Pas de panique, la protection reste donc excellente, mais puisqu’il faut choisir ! Même constat côté fonctionnalités : Avira propose une interface qui accuse le poids des années et n’est sans doute pas le meilleur exemple de ce qu’il faut proposer à un néophyte.Nous apprécions pourtant que les choses soient bien partagées entre protection du PC d’un côté et protection Internet de l’autre. En revanche, les nombreux menus et les réglages apparents dès la page principale sont sans doute too much pour l’utilisateur lambda. En revanche et même si ce n’est pas forcément simple pour le néophyte, nous saluons le travail d’Avira sur le pare-feu. L’outil fournit en standard est rudement efficace. Enfin, notez qu’Avira comme tous les autres éditeurs propose une version payante – plus complète – de son logiciel. Baptisée Total Security Suite, celle-ci coûte la bagatelle de 85 euros et nous paraît très dispensable. L’une de ses principales innovations est la présence d’un VPN à l’efficacité toute relative.Avira Free Antivirus apparaît en définitive comme un outil très complet et très efficace qui gagnerait surtout à recevoir un petit coup de jeune. Choisir entre lui et ses principaux concurrents est surtout une affaire de goûts : nous avons pour notre part une préférence pour l’interface d’AVG. Notez en revanche, que le passage à une des différentes versions payantes a une fois encore bien du mal à se justifier. Une protection de qualité quoiqu’un peu inférieure à celles d’Avast / AVGUn très bon pare-feu livré avec Avira Free AntivirusL’interface sépare bien la protection Internet de celle du PC Relativement claire, l’interface n’est ni très moderne, ni très efficaceAvira Total Security Suite est particulièrement onéreuxLe VPN intégré à Total Security Suite n’est pas au point Avira Total Security Suite 2017 | 1 Device | 1 Year | Download [Online Code] de Avira Rupture de stock Avis & Photos AcheterBitdefender Internet Security 2017 Voir sur Amazon Aux premières places de tous les guides et classements depuis déjà plusieurs années, Bitdefender Internet Security n’innove pas beaucoup dans sa mouture 2017… Mais pourquoi le ferait-il ? Les habitués de la version précédente, noteront tout de même un changement au niveau de la page d’accueil. Celle-ci reste fidèle à son approche par tuiles garante d’une excellente lisibilité. Nous apprécions aussi le fait que les informations restent modérément nombreuses.La principale nouveauté ergonomique se situe au niveau de la barre latérale qui fait son apparition afin de proposer des onglets pour les principales fonctionnalités. Pas sûr que le changement soit réellement bénéfique, mais il ne fait en tout cas pas de mal. Ainsi, un onglet se destine à l’antivirus en lui-même, un autre à la protection SafePay et encore un au gestionnaire de mots de passe par exemple. La qualité d’une interface dépend toujours des goûts et des habitudes de chacun, mais celle de Bitdefender est au moins parmi les meilleures : pratique et rapide, elle ne perd pas (trop) le néophyte tout en préservant les outils de contrôle souhaité par les habitués.Côté performances, Bitdefender n’a pas non plus à rougir de la comparaison avec les ténors de la sécurité. Ainsi, les tests de AV Comparatives place Internet Security 2017 au second rang derrière le soft de Trend Micro : il a arrêté 99,9% des menaces présentées avec un nombre réduit de faux-positifs. Nous relevons deux zones d’ombre malgré tout qui nous font lui préférer l’outil de Kaspersky Lab dans le monde des payants. En effet, l’antiphishing de Bitdefender Internet Security a de quoi progresser et s’est montré en difficulté sur de nombreux sites factices, notamment en langue française. Enfin, Bitdefender devrait se pencher sur la consommation mémoire de son module de surveillance, un cran au-dessus de la concurrence.Une fois encore, Bitdefender Internet Security s’impose comme l’un des antivirus les plus performants en ne laissant passer presqu’aucune menace. Son interface est une des plus claires sur le marché et de nombreux modules apportent des solutions dans tous les domaines (contrôle parental, antirançongiciel…). Hélas, un antiphishing un peu en retrait et des besoins en mémoire élevés ternissent ce beau tableau. Une des meilleures protections sur le marchéUne interface claire et simple d’accès malgré ses nombreux modulesL’outil de contrôle parental est très bien penséUn rapport qualité / prix plutôt bien vu Une occupation mémoire plus élevée que la moyenneLe module d’antiphishing a encore des progrès à faire Internet Security 2017 1 poste, 1 an [Download] de Bitdefender Rupture de stock Avis & Photos AcheterESET Internet Security 2017 Voir sur Amazon ESET fait partie de ces nombreuses sociétés spécialisées dans les antivirus en provenance d’Europe de l’Est. Établie dès 1992 à Bratislava, la compagnie fait alors reposer son succès sur un seul et même produit, NOD32 Antivirus. Aujourd’hui encore, ce logiciel est au cœur des activités d’ESET, mais comme tous ses concurrents, la société s’est développée afin de prendre en compte les nouvelles menaces. Ainsi sont nés ESET Internet Security, Multi Device et Smart Security Premium.Autrefois parmi les meilleurs logiciels antivirus, NOD32 Antivirus – et donc ESET Internet Security – s’est récemment fait distancer par ses principaux concurrents. À en croire les derniers tests de AV Comparatives, il est d’ailleurs battu par des gratuits comme Avast, AVG ou Avira. S’il est l’un de ceux qui génèrent le moins de faux positifs, il est aussi un de ceux à laisser passer le plus de menaces. Relativisons tout de même : son taux de protection est estimé à 98,6% par le laboratoire de tests. Reste qu’il s’incline face à 26 menaces sur 1955 quand Trend Micro les bloque toutes.ESET Internet Security peut heureusement compter sur des outils très bien présentés et nous pensons notamment à l’analyse du réseau domestique. Très difficile à percevoir pour un néophyte, la conception et la protection du réseau de la maison est ici beaucoup plus claire. Dans le même ordre d’idée, mais pour les spécialistes cette fois, ESET est un des éditeurs à fournir le plus de paramètres de contrôle : pas sûr qu’ils soient tous bien nécessaires, mais pour ceux qui aiment mettre les mains dans le cambouis. Hélas, ESET Internet Security pêche sur les nouvelles menaces et son outil antiphishing gagnerait à se muscler un peu. Il ne fait d’ailleurs pas mieux avec les rançongiciels qui ont pourtant le vent en poupe.Esthétiquement, ESET Internet Security est vraiment réussi et sa prise en main tournée vers les débutants ne limite toutefois pas ses outils de configuration. Hélas, ce que l’on recherche avant tout sur ce type de logiciel, c’est l’efficacité et de ce point de vue là, ESET accuse un certain retard sur ses concurrents. Une interface réussie, destinée autant aux débutants qu’aux expertsUne première analyse du système plutôt rapideUn outil de contrôle parental simple à mettre en place Une protection légèrement en retraitDes outils pas toujours à la pointe (antiphishing, antirançongiciel)Une orientation multi-device financièrement peu intéressante ESET Internet Security 2017 – 1 poste – Abonnement 1 an [DVD/Boite] de Rupture de stock Avis & Photos AcheterF-Secure SAFE 2017 Voir sur Amazon Fondée en 1988, la société F-Secure a été la toute première à développer ce que l’on appelle un scanner heuristique antivirus. L’idée était alors de mettre au point un outil d’analyse capable de détecter des menaces qui n’étaient pas encore formellement identifiées. En 2005, elle récidive en étant la première compagnie à mettre au point un anti-rootkit, protégeant les utilisateurs contre ce nouveau danger.Aujourd’hui, F-Secure paraît beaucoup plus sage, moins en vu. Pourtant le logiciel SAFE conserve une place de choix dans tous les classements internationaux et selon AV Comparatives, sa version 2017 est encore capable d’éliminer 99,7% des menaces. Un chiffre très élevé, mais malgré tout un cran en-deçà des meilleurs. De plus, F-Secure SAFE a trop tendance à demander à l’utilisateur d’intervenir. Il en le fait que dans 5 cas sur 1955, mais il faut considérer que – grand débutant – l’utilisateur en question ne sait pas quoi faire si on lui demande son avis.F-Secure SAFE est aussi l’un des rares antivirus à demander la création d’un compte sur le site de l’éditeur avant d’accepter de s’installer. Là encore, ce n’est pas très transparent comme méthode. On ne comprend pas non plus pourquoi certains modules (nettoyage, recherche) ne sont pas installés par défaut ? Il faut aller dans le logiciel pour les ajouter dans un second temps. F-Secure figure parmi les meilleurs dès lors qu’il est question des outils de protection des transactions financières. Hélas, le logiciel est de suite rattrapé par d’autres faiblesses. Il n’est pas convaincant en matière de lutte contre le phishing et ne dispose d’aucune application de contrôle à distance alors que son tarif le situe plutôt dans la moyenne haute de notre sélection.S’il apporte une bonne protection globale à ses utilisateurs, F-Secure SAFE 2017 souffre de son immobilisme. La société ne semble plus tout à fait en phase avec les attentes de notre époque tout en gardant des tarifs sensiblement plus élevés que la concurrence. Le produit n’est pas mauvais, mais son rapport qualité / prix n’est plus tout à fait au niveau. Globalement, une bonne protection contre les menacesDes outils de protection des transactions bancaires intéressantsUne analyse relativement légère en ressources Trop de sollicitations au cours de la protectionUn prix dans la moyenne hauteUne installation un peu contraignante F-Secure SAFE Sécurité Internet 2018 – 1 an / 3 appareils – toutes les plateformes [Code Jeu ] de F-Secure EUR 59,95 Avis & Photos AcheterMcAfee Internet Security Voir sur Amazon McAfee est aujourd’hui l’une des dernières grandes sociétés américaines sur le marché des antivirus et de la protection pour les particuliers. Loin de la réputation sulfureuse de son créateur – un certain John McAfee – l’éditeur a été des années durant une sorte de boussole pour de nombreux utilisateurs. Avant l’émergence des sociétés d’Europe de l’Est, elle constituait effectivement l’un des géants de l’antivirus. Aujourd’hui, McAfee reste un acteur majeur, mais il est moins en vu du grand public comme en témoigne les succès en demi-teintes de ses antivirus.McAfee Internet Security est le principal produit à destination des particuliers. Il se décline comme souvent en plusieurs versions selon que l’on souhaite plus ou moins de modules. Hélas, même en se limitant au seul antivirus, il faut encore débourser 50 euros pour l’acquisition d’une simple licence sur un an… la version Internet Security se négociant même 80 euros. Ce prix parmi les plus élevés du marché est d’entrée un handicap majeur pour le logiciel qui pêche également du côté des performances.Analysés par AV Comparatives, les résultats obtenus par la protection McAfee ne sont certes pas les pires, mais ils sont indignes d’une compagnie avec une telle renommée. L’analyse des 1955 menaces n’a pas seulement déclenché 99 faux positifs, elle s’est aussi soldée par un taux de « seulement » 99,7%. En valeur absolue, c’est évidemment un bon résultat, mais McAfee laisse passer 45 menaces. Avouez que pour un logiciel de sécurité, ça fait désordre. Un mal pour un bien, cette analyse se fait heureusement sans consommer beaucoup de ressources et McAfee Internet Security est l’un des logiciels les plus légers de notre guide.Hélas, ce petit avantage n’est pas grand-chose par rapport aux lacunes d’un soft dont l’interface n’est pas un modèle d’ergonomie. Bien sûr, les habitués retrouveront vite leurs petits, mais pour un néophyte qu’il est difficile d’avoir des réponses claires. Dommage car du côté de la protection multi-appareils, McAfee est l’un des seuls à avoir compris nos besoins : un utilisateur peut réellement déployer la solution McAfee sur toutes ses machines (PC, portable, tablette…). Une faible emprise sur les ressources systèmesLa protection LiveSafe est véritablement multi-appareils Un tarif parmi les plus élevés du marchéUne interface décidément trop peu lisibleDes performances en-deçà des standards actuels McAfee Internet Security 2017 3 appareils [Code Jeu ] de McAfee EUR 69,95 Avis & Photos AcheterSymantec Norton Security Standard Voir sur Amazon Durant des années, protection antivirus aura été synonyme de Norton Antivirus. Devenue la propriété de Symantec en 1990, la société était parvenue à signer de nombreux accords de distribution avec tous les principaux constructeurs de sorte que son antivirus était absolument partout. Cette omniprésence et des performances parfois très inégales ont été à l’origine d’un certain rejet du logiciel par de nombreux utilisateurs et Norton a été contraint de se repenser.Depuis bientôt 20 ans, de nombreux utilisateurs se plaisent à dénoncer la médiocrité de la protection Norton. Pourtant, les choses ont bien changées et, aujourd’hui, Norton Security Standard se classe parmi les meilleures solutions du marché en ce qui concerne la qualité de la protection. Les tests de AV Comparatives soulignent que sur 1955 menaces, Norton en a bloqué 1950 soit un taux de réussite de 99,8%. Il y a encore une marge de manouvre pour atteindre la première place et pour réduire le nombre de faux positifs (33 dans le cas présent), mais les progrès sont indiscutables.Autre critique qu’il convient de revoir, l’interface. En effet, Norton est souvent présenté comme un outil lourdingue, encombrant et peu fonctionnel. La réalité est bien différente et s’il conserve son orientation grand public, Norton le fait de fort belle manière avec une interface d’une clarté rare. Les options sont aisément identifiables et des codes couleurs permettent de s’y retrouver même sans aucune connaissance. Dans certains domaines, Norton a également su se mettre au goût du jour et propose par exemple un bon outil d’antiphishing. Son logiciel de contrôle parental est un des plus efficaces du marché, mais nous nous heurtons ici à un problème de prix : seule la suite Premium (80 euros) intègre le contrôle parental. On peut aussi le prendre séparément, mais il en coûtera 40 euros.Cette tarification un rien abusive sur un produit aussi important pour le grand public est sans doute le plus gros reproche que l’on peut formuler à l’encontre de Norton. Ce n’est toutefois pas le seul et on critiquera aussi les outils dits d’optimisation qui ne servent à rien ou des manques évidents côté fonctionnalités : pas de cryptage des dossiers, pas de VPN… Norton est plus convaincant que jamais, mais il a encore des progrès à réaliser pour (re)devenir un incontournable. Une protection parmi les meilleures du marchéUne version Android elle aussi très efficace / complèteUne interface aussi claire qu’elle est préciseDe nombreuses fonctionnalités bien pratiques Le contrôle parental n’est présent que sur la suite Premium (80€)Des outils d’optimisation complètement ringardsDe nombreuses fonctionnalités manquent à l’appel (même sur la Premium) -47% Norton Security Standard 2018 – Antivirus 1 an pour PC, Mac ou appareil mobile, compatible avec Windows, Mac OS, Android ou iOS – 1 appareil – Envoi postal de Symantec EUR 39,99 EUR 21,09 Avis & Photos AcheterTrend Micro Internet Security Voir sur Amazon Quoique payant, Trend Micro Internet Security se présente – et ce depuis des années – comme l’antivirus parfait pour qui n’y connaît rien. Reconnaissons que d’entrée de jeu, l’éditeur fait tout pour mettre à l’aise ses utilisateurs avec une procédure d’installation simplissime. Notons d’ailleurs qu’une analyse est lancée avant même le véritable début de cette installation. Ensuite, plusieurs écrans successifs sont là pour présenter les différentes fonctionnalités, mais surtout les différentes menaces que peut courir notre ordinateur. Didactique et bien pensé.L’interface utilisateur en elle-même n’est peut-être pas la plus belle ou la plus moderne mais c’est incontestablement l’une des plus fonctionnelles. Un gros bouton « scan » est là pour lancer une analyse et quatre onglets le surplombent. À ce niveau, Trend Micro aurait sans doute pu être un peu plus clair, la différence entre « dispositif », « confidentialité », « données » et « famille » ne saute pas forcément aux yeux de tous. Là où les choses prennent une tournure vraiment intéressante, c’est que malgré cette orientation grand public, Trend Micro Internet Security est une excellente protection.Soulignés par AV Comparatives notamment, les résultats obtenus par le logiciel en font l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure protection du moment. C’est simple, sur les tests de février à juin 2017, il est le seul à repousser 100% des menaces. Mieux, il ne demande aucune intervention de l’utilisateur. Un petit reproche cependant, il génère tout de même 12 faux positifs lors de son analyse ce qui le place dans ce domaine derrière Kasperksy Lab par exemple. Pour ne rien gâcher, cette excellente protection s’accompagne de modules réussis dans le domaine de l’antirançongiciel par exemple.La perfection n’étant pas de ce monde, Trend Micro Internet Security est plus à la peine sur certaines fonctions « annexes ». Ainsi, le contrôle parental est certes très simple d’accès, mais il est aussi très insuffisant. On regrette également que le mode d’antiphishing soit au niveau de celui proposé par ESET… ce qui n’est clairement pas un bon point. Trend Micro souffle donc le chaud et le froid, mais nous préférons garder à l’esprit ce 100% aux tests d’analyse. Une des toutes meilleures protections actuellement disponibleUne grande convivialité, particulièrement adaptée aux néophytesLe module antirançongiciel est une réussite Certains outils bien dépassés (antiphishing, contrôle parental)Les experts seront déçus par les réglages / options disponibles Trend Micro Internet Security 2008 – 2 ans pour 3 PC de Avanquest EUR 59,90 Avis & Photos AcheterClassement#AperçuProduitPrix   Kaspersky Internet Security 2017 | 1 poste | 1 an | PC/Mac/Android/iOS | Téléchargement de Kaspersky EUR 27,21 Acheter sur Amazon   Avast Premium 2017 – 3 Ans 3 PCs de avast! EUR 62,99 Acheter sur Amazon   -20% AVG Ultimate | ILLIMITÉ | 12 Mois de DEISATECH EUR 59,99 EUR 74,99 Acheter sur Amazon   Avira Total Security Suite 2017 | 1 Device | 1 Year | Download [Online Code] de Avira Rupture de stock Acheter sur Amazon   Internet Security 2017 1 poste, 1 an [Download] de Bitdefender Rupture de stock Acheter sur Amazon   ESET Internet Security 2017 – 1 poste – Abonnement 1 an [DVD/Boite] de Rupture de stock Acheter sur Amazon   F-Secure SAFE Sécurité Internet 2018 – 1 an / 3 appareils – toutes les plateformes [Code Jeu ] de F-Secure EUR 59,95 Acheter sur Amazon   McAfee Internet Security 2017 3 appareils [Code Jeu ] de McAfee EUR 69,95 Acheter sur Amazon   -47% Norton Security Standard 2018 – Antivirus 1 an pour PC, Mac ou appareil mobile, compatible avec Windows, Mac OS, Android ou iOS – 1 appareil – Envoi postal de Symantec EUR 21,09 EUR 39,99 Acheter sur Amazon   Trend Micro Internet Security 2008 – 2 ans pour 3 PC de Avanquest EUR 59,90 Acheter sur Amazon

Android Oreo n’est installé que sur 4,6% des smartphones

Android Oreo n’est installé que sur 4,6% des smartphones

Android Oreo peine à être adopté par les constructeurs.Android est le système d’exploitation mobile le plus répandu mais aussi le principal concurrent d’iOS, développé par Apple. Seulement voilà : face à un grand nombre de modèles, de constructeurs, le déploiement des mises à jour est souvent très lent. Pire encore : certains constructeurs n’hésitent pas à camoufler la vérité quant aux patchs de sécurité. Et alors qu’Android Oreo 8.1 est la dernière version proposée par Google – qui développe Android – seule une petite part des smartphones tournent sous cette dernière. Une part qui n’atteint que 4,6% et devrait continuer à progresser toujours aussi lentement…Android est toujours aussi fragmentéRépartition Android en avril 2018Google Ces chiffres proviennent de Google, développeur d’Android, et permettent d’analyser la répartition des différentes versions du système d’exploitation sur les smartphones. Alors qu’Oreo était installé sur 1,1% des modèles en février – les données du mois de mars n’ont pas été révélées – cette part est aujourd’hui de “seulement” 4,6%. Pourquoi une telle augmentation ? Les Samsung Galaxy Note 8, Galaxy S9, Galaxy S9+, Galaxy S8 et Galaxy S8+ sont passés par là et tournent sous Android Oreo. Pourtant proposée depuis l’été dernier – plus précisément août 2017 – la dernière version du système d’exploitation peine toujours à s’installer sur les différents smartphones de différents constructeurs sur le marché – une explication possible à un déploiement aussi lent. Du côté d’Android Nougat, précédente version, on trouve 30,8% – avec une augmentation de 2,3%, Android Marshmallow à 26% qui perd 2,1%, Android Lollipop à 22,9% qui perd 1,7%, Android KitKat à 10,5% qui perd 1,5%, Android Jelly Bean à 4,5% qui perd 0,5%, Android Ice Cream Sandwich qui reste stable à 0,4% tout comme Android Gingerbread à 0,3%.Le Projet Treble pourrait accélérer les mises à jourFort heureusement, les mises à jour à suivre devraient être plus rapides pour les terminaux sous Android. Et pour cause : Oreo intègre par défaut le Projet Treble de Google. Grâce à ce dernier, le déploiement des mises à jour sera accéléré pour les constructeurs. Bien sûr, son adoption se fera également très lentement puisque peu de smartphones sont pour le moment compatibles avec cette fonctionnalité ambitieuse de Google.

Le Samsung Galaxy S10 livrerait ses premiers secrets

Le Samsung Galaxy S10 livrerait ses premiers secrets

Des informations, comme toujours, à prendre avec des pincettes.Le Samsung Galaxy S10 commencerait à livrer ses secrets tandis que le Galaxy Note 9 fait de même de son côté et que les utilisateurs profitent encore du Galaxy S9. D’après The Bell, le prochain flagship de la firme coréenne devrait proposer une caméra 3D mais également le Saint Graal des mobiles : un lecteur d’empreintes sous l’écran ! Bien évidemment, ces rumeurs relayées par le site sont à prendre avec d’énormes pincettes tant que rien n’a été officialisé par Samsung himself – sans oublier que le smartphone n’est pas prévu avant un bon moment !De nouvelles fonctionnalités au rendez-vousComme expliqué plus haut, The Bell confirme donc l’ajout d’un lecteur d’empreintes sous l’écran pour le Galaxy S10 – fonction dont devrait également se doter le Galaxy Note 9 d’après les dernières rumeurs. Une caméra 3D façon iPhone X serait également présente : on imagine donc une reconnaissance faciale toujours plus poussée. Comme toujours, l’écran Infinity Display sera de la partie avec un design borderless et reprenant les grandes lignes des derniers Galaxy S8 et Galaxy S9 ! Niveau disponibilité, The Bell parle de 2019 tandis que les ingénieurs de la firme sud-coréenne plancheraient actuellement sur le smartphone tandis que le Galaxy Note 9 est encore attendu. Pour en revenir à l’écran du Galaxy S10, ce dernier devrait proposer 5,8 pouces tandis que la version S10+ se dotera de 6,3 pouces. L’intelligence artificielle devrait aussi être au rendez-vous pour le futur téléphone. Et pour cause : nombreux sont les constructeurs à miser sur cette technologie pour les prochaines années. Il est donc important pour les géants du milieu de prendre le plus rapidement possible de l’avance sur un marché aussi concurrentiel : Huawei et Apple rodent comme les firmes chinoises montantes – OnePlus, Oppo, Xiaomi… Grâce à l’intelligence artificielle, la promesse d’une expérience personnalisée et d’un smartphone qui s’adapte à l’utilisateur au fil des jours jusqu’à devenir unique pour ce dernier !

Un appel sur iPhone X transformé en combat Pokémon

Un appel sur iPhone X transformé en combat Pokémon

Un développeur a transformé son iPhone X en un véritable combat Pokémon.La magie du jailbreak ? Pouvoir modifier son iPhone au delà des restrictions imposées par Apple, constructeur derrière le smartphone. Et lorsqu’un développeur décide de s’amuser un petit peu, les choses deviennent vite très drôles. C’est aujourd’hui le cas d’un nouveau tweak imaginé par FrozenPenguinToaster qui s’est manifesté sur Reddit à travers une vidéo. Une vidéo qui montre un appel téléphonique reçu par l’iPhone X se transformer en un combat Pokémon. Bien sûr, la personnalisation va encore plus loin avec la créature apparaissant à l’écran ou encore le nom du dresseur…Le retour de Pokémon sur iPhone XAlors que certains joueurs continuent à utiliser Pokémon Go – oui, l’application n’est pas enterrée – d’autres signent le retour de Pokémon sur iPhone X. C’est le cas avec ce tweak proposé par FrozenPenguinToaster. Un tweak possible grâce au jailbreak du dernier né de la firme de Cupertino, technique que l’on pensait enterrée depuis un moment face au grand nombre de possibilités proposées par le géant et ses smartphones. Comme le montre la vidéo ci-dessus, lorsqu’un correspondant décide d’appeler l’utilisateur de ce tweak, un combat Pokémon débute. Un dresseur, du nom du correspondant (un numéro de téléphone si ce dernier n’est pas enregistré) lance sa créature tandis que le bouton “Fight” accepte l’appel tandis que “Run” le refuse. Le développeur derrière cette fonction précise également que la créature apparaissant pourrait être changée de même que le dresseur. Pour le moment, pas de date de sortie annoncée pour ce tweak ni de tarif – ce dernier pourrait être aussi bien payant que gratuit. Une façon de montrer qu’avec un peu de savoir-faire, certains sont capables de pousser la personnalisation d’un smartphone très loin. Mais aussi une nouvelle preuve que la technologie n’a jamais été aussi présente et accessible qu’aujourd’hui. Malgré une disparition de la scène jailbreak, beaucoup d’utilisateurs semblent s’y intéresser encore !

Et si Facebook adoptait un système d’abonnement payant ?

Et si Facebook adoptait un système d’abonnement payant ?

Avec un tarif de 11 euros selon certains analystes.En pleine tourmente Cambridge Analytica, les données personnelles des utilisateurs sont au cœur de l’actualité. Et pour cause : la société aurait profité de Facebook pour soutirer ces informations sensibles à des millions d’utilisateurs du réseau social. Mark Zuckerberg s’est de nombreuses fois justifié en expliquant qu’en ne payant pas d’abonnement, les internautes devaient compenser par les publicités. Seulement voilà : alors que le PDG sous-entendait la proposition prochaine d’un système d’abonnement payant, des analystes ont estimé le coût d’un tel déploiement qui reviendrait à… 11 euros !11 euros pour un abonnement mensuel selon les analystesC’est bien évidemment une information à prendre au conditionnel. D’après plusieurs analystes, si Facebook proposait un abonnement payant à ses utilisateurs, son montant atteindrait sans doute les 11 euros mensuels. Un choc pour ces derniers habitués à utiliser le réseau social gratuitement depuis son lancement et financer la création d’un compte via les publicités. Un analyste de TechCrunch précise même que les utilisateurs optant pour l’abonnement de 11 euros seront évidemment plus aisés que la population moyenne du site. Ces derniers passent plus de temps sur Facebook et génèrent un plus gros trafic pour les annonceurs. La somme de 11 euros se justifierait donc par la durée à surfer sur le réseau social par ces utilisateurs beaucoup plus présents sur le réseau… Autant dire qu’un abonnement en dessous de 11 euros est inenvisageable pour le géant : il faudra donc passer à la caisse ou accepter d’être ciblé(e)s par les publicités ! A noter que ce tarif affiché est bien plus élevé que le minimum proposé par Netflix… qui propose d’accéder à un catalogue de milliers de séries et films en illimité ! Entre Facebook et Netflix, pas sûr que les utilisateurs choisissent de financer ce premier plutôt que le second si le choix leur est offert. Sans oublier que la campagne #DeleteFacebook gagne des membres plutôt éminents du milieu high-tech…Mark Zuckerberg songe au modèle payant devant le congrès américainC’est devant le congrès américain que Mark Zuckerberg, fondateur du réseau social, a envisagé la mise en place d’un abonnement pour son réseau social à travers une réponse toute en nuance : “Le modèle basé sur les publicités est le bon pour Facebook mais nous considérons l’idée d’un abonnement payant… C’est raisonnable d’y penser“. Reste à savoir si Facebook mettra cette idée en application.

NCIS reviendra l’an prochain avec une nouvelle saison

NCIS reviendra l’an prochain avec une nouvelle saison

La chaine américaine NBC a renouvelé la série télévisée NCIS pour une seizième saison, tandis que le comédien Mark Harmon a récemment accepté de rempiler pour deux saisons supplémentaires.Dans la mesure où NCIS reste encore à ce jour l’une des séries les plus regardées de CBS, il n’est vraiment pas étonnant d’apprendre que le show de Donald Paul Bellisario et Don McGill se voit une fois de plus récompensé de ses bonnes audiences par la commande d’une nouvelle saison. Si le célèbre thriller policier va perdre l’actrice Pauley Perrette (elle fera une dernière apparition dans l’épisode diffusé le 8 mai prochain), seulement deux ans après le départ de Michael Weatherly (Anthony “Tony” DiNozzo), l’interprète du bon vieux Leroy Jethro Gibbs vient de signer un nouveau contrat pour rester la star de NCIS, mais aussi le producteur exécutif pour encore deux ans.Grab your gear…#NCIS has been renewed for another all-new season! pic.twitter.com/vergAy95xT— NCIS (@NCIS_CBS) April 13, 2018Pour l’anecdote, le Naval Criminal Investigative Service (NCIS) est une agence fédérale américaine rattachée aux corps armés de la Navy et des Marines, dont les membres sont des civils. Cette agence est chargée de faire respecter la loi en leur sein, d’enquêter, indépendamment de la hiérarchie militaire, et de résoudre des crimes en relation avec la marine américaine à partir de leur base d’opérations à Washington, d’effectuer du contre-espionnage, de la lutte anti-terroriste ou anti-drogue aux frontières. Le NCIS est une agence peu connue, aussi bien auprès de la population américaine réelle que dans la série. Par ailleurs, les deux autres séries de la franchis, à savoir NCIS : Los Angeles et NCIS : Nouvelle-Orléans, n’ont pas encore été renouvelées par le network CBS.Un trailer pour NCIS

Gwent va connaître une refonte intégrale sur consoles et PC

Gwent va connaître une refonte intégrale sur consoles et PC

Si la popularité de Gwent : The Witcher Card Game est toujours aussi importante, le studio polonais CD Projekt RED estime que le CCG a perdu ce qui le rendait unique et fun au gré des mises à jour et des ajouts de contenu. Pour changer la donne, un reboot est annoncé.Alors que les prochains contenus de Gwent : The Witcher Card Game ont été retardés ces derniers mois, Marcin Iwinski, le cofondateur et directeur général délégué de CD Projekt RED, vient d’annoncer dans un communiqué une révolution au sein du développement du standalone dédié au célèbre jeu de cartes né dans le dernier opus de la licence The Witcher. Cette surprenante réaction survient après une prise de conscience concernant l’avenir de ce titre pourtant si populaire auprès des fans : “Nous avions encore beaucoup à apprendre, mais comme toujours, nous nous adaptions. Nous n’avions pas conscience que nous dérivions lentement de notre vision originale d’un standalone de Gwent. Affrontant chaque jour la réalité des mises à jour régulières et de l’ajout de contenu, nous avons perdu ce qui rendait notre jeu unique et fun.”GWENT HOMECOMING — an Open Letter from Marcin Iwiński and the development team. ????https://t.co/NjQTQdnkSM pic.twitter.com/cJQPxf918k— GWENT (@PlayGwent) April 13, 2018Pour relancer l’intérêt des joueurs sur Gwent : The Witcher Card Game, les équipes de CD Projekt RED ont besoin d’un peu de temps, même si deux mises à jour sont prévues (la première arrive aujourd’hui, tandis que la deuxième est attendue d’ici mai prochain) : “Nous voulons que Gwent soit au top et rallume votre passion pour notre CCG bien aimé. Nous comptons sur votre patience et confiance. Nous avons besoin de 6 mois où nous nous concentrerons uniquement sur le développement pour vous livrer ce qui est prévu (…) Six mois, c’est long, mais d’un autre côté, une fois ‘Homecoming’ clôturé et que nous aurons collecté assez de retours, nous sortirons de bêta et lancerons Thronebreaker. Ne vous inquiétez pas pour votre progression : une fois le projet Homecoming terminé, pour un temps limité, vous aurez la possibilité de fragmenter toutes vos cartes pour leur valeur de fabrication.”Le nouveau planning de CD Projekt RED pour Gwent : The Witcher Card GameTransformer Gwent en champ de bataille : Lorsque vous jouez à Gwent, vous êtes un chef d’armée de l’univers de The Witcher. Nous souhaitons mettre plus d’efforts pour que cela se reflète dans les mécaniques et les visuels. Par exemple, nous souhaitons que des cartes aient une rangée de prédilection leur apportant des bonus lorsqu’elles sont placées au bon endroit. De même, les rangs avant et arrière vous garantiront des améliorations spécifiques lorsqu’une unité s’y placeAméliorer le plateau : Actuellement, les rangées n’ont aucun impact sur le gameplay. Si nous comptons les mains des joueurs, nous avons 8 lignes au total. Nos meilleurs atouts visuels sont trop petits pour briller dans le visuel global actuel. Nous visons une refonte complète de l’expérience visuelle. Ces modifications du jeu ne négligeront aucun aspect. Nous envisageons même de supprimer l’une des rangées, et de laisser seulement une ligne de mêlée et de distance. Ce sont des choix qui nécessitent d’intenses sessions de tests, nous faisons preuve de sérieux pour que les choses fonctionnent correctementCorriger la mécanique de la pièce : Actuellement, commencer en deuxième peut donner au joueur un avantage significatif. Nous vous avons entendu, nous corrigerons le “coin flip” et avons déjà testé quelques idées en ce sensRetravailler la progression du joueur : Nous avons prévu beaucoup de choses pour les nouveaux joueurs et les habitués. Nous allons retravailler un didacticiel pour faciliter l’apprentissage des nouveaux joueurs de Gwent. Il y aura également un nouveau système de niveaux et une révision du mode classé. Chacun aura son propre système de récompensesSe concentrer sur le talent du joueur : Nous avons vu vos échanges sur la mécanique “créer”. Nous avions pensé dans un premier temps que ce serait un ajout bénéfique au jeu mais, le temps passant, nous avons réalisé que cette forme de RNG ne correspondait pas à notre souhait de valoriser les compétences réelles du joueur. Nous serons extrêmement prudents avec ce type de mécanique lors du processus de refonte du jeu. Ce qui signifie que si que des cartes sont assez intéressantes pour être introduites, mais jugées “trop opé pour le mode classé”, elles ne trouveront leur place qu’en mode arena ou en partie libreSe recentrer sur les “core gamers” : Nous souhaitons que Gwent soit un jeu profond où chaque faction a sa propre identité et offre des archétypes de jeu différents. Nous voulons redonner de l’importance aux rangées en terme de gameplay, et celui-ci doit être à la fois engageant et gratifiantRevenir à The Witcher : Homecoming reviendra à une esthétique et une ambiance plus sombre, plus en adéquation avec le l’univers original de The Witcher. Nous changerons le menu principal et le shop. Nous retravaillerons également l’interface et l’expérience utilisateur du jeuThronebreaker : Nous gardons le meilleur pour la fin. Lorsque Homecoming sera terminé, nous lancerons officiellement Gwent avec Thronebreaker, notre campagne solo. Une équipe dédiée a travaillé d’arrache pied pour vous concevoir une nouvelle histoire issue de l’univers de The Witcher

Huawei P20 : Les 20 millions d’exemplaires visés par le constructeur en 2018

Huawei P20 : Les 20 millions d’exemplaires visés par le constructeur en 2018

Le constructeur a un objectif ambitieux…Huawei s’est imposé parmi Samsung et Apple ces dernières années. Il faut dire que le constructeur chinois proposait autrefois des modèles puissants et peu coûteux contrairement à ses concurrents. Le géant a depuis gardé la première caractéristique pour s’aligner sur les tarifs des autres firmes tandis que son P20 a été présenté à la fin du mois de mars lors d’un événement parisien. Un Huawei P20 sous trois versions – traditionnelle, Lite et Pro – que le géant espère écouler jusqu’à 20 millions d’exemplaires cette année…Un objectif ambitieux pour le géant chinoisL’objectif d’Huawei est pour le moins ambitieux mais se justifie. Ce dernier n’a jamais caché vouloir dépasser Apple et Samsung ces prochaines années. C’est lors d’une interview pour CNMO que Richard Yu, PDG de la firme chinoise, a confirmé son envie de vendre 20 millions d’exemplaires du Huawei P20 pour cette année 2018. Sans oublier que, comme l’indique Gizmochina, la firme chinoise dépense 10 fois plus d’argent en recherche et développement que les autres firmes chinoises. Autant dire que le géant met tous les moyens pour réussir à s’imposer comme le numéro un sur le marché très concurrentiel de la téléphonie. Richard Yu a également profité de cette interview pour expliquer que les précédents modèles de la firme connaîtrait une mise à jour pour une optimisation renforcée. Les P10 ou encore Mate 9 pourront en bénéficier.Le P20 bénéficie d’une belle couverture médiatiqueRichard Yu en profite également pour expliquer que le succès du Huawei P20 est possible grâce à la belle couverture médiatique reçue par le téléphone. Il faut dire que la presse spécialisée s’est accordée sur le fait que le téléphone était sans doute l’un des meilleurs actuels – notamment la version Pro avec son triple capteur. Android Headlines indique également que la firme chinoise vise la Chine et l’Europe pour écouler les 20 millions d’exemplaires visés. Les USA restent, pour le moment, inaccessibles à la firme – pour des raisons politiques avance cette dernière.

Bons plans : les premières offres de la semaine

Bons plans : les premières offres de la semaine

Notre récapitulatif quotidien des meilleures offres high-tech, édition du lundi 16 avril.Les meilleures offresLe printemps désormais bien installé, Gamesplanet lance ses soldes printanières, avec au programme 200 jeux par jour jusqu’à dimanche. Ci-dessous, petite sélection de la rédaction.Jusqu’à -80% sur 200 jeux — Soldes de Printemps GamesplanetÀ mesure que nous nous équipons de plus d’appareils, nous nous exposons au danger de les voir piratés ou attaqués par différentes formes de menaces : ransomware, cheval de troie, virus, hameçonnage et autres logiciels espions. Les antivirus sont plus que jamais à l’ordre du jour, et McAfee, un dinosaure du secteur, propose une solution adaptée à nos usages modernes avec un abonnement d’un an permettant de protéger 5 appareils (PC, Mac, smartphones et tablettes).McAfee Total Protection 2018 1 an — 79€ 19€ sur AmazonLe HP 27es est un écran borderless avec une dalle IPS 27 pouces antireflets en résolution Full HD (1920 x 1080 pixels au ratio 16:9), particulièrement idéale pour se mettre au gaming sur un grand format sans trop débourser. Le taux de rafraichissement est mesuré à 60Hz et le temps de réponse gris à gris à 7 ms. On note un bon contraste à 10000000:1, avec une luminosité de 250cd/m2.Moniteur FullHD 27″ HP 27es — 249€ 202€ sur AmazonHigh-TechPlantronics Backbeat Pro 2 — 190€ sur Rue du CommercePC Portable Lenovo IdeaPad 320-15IKBN — 649€ 379€ sur FnacPC Portable HP 15-bs009nf — 899€ 549€ sur FnacProcesseur AMD Ryzen 7 1700X (3,8 GHz) — 449€ 256€ sur AmazonAsus Zenbook UX410UA-GV410T — 999€ 799€ sur AmazonCartes graphiquesZotac GeForce GTX 1050 Ti 4 Go — 180€ sur AmazonEVGA GeForce GTX 1060 SSC (6 Go DDR5) — 429€ 322€ sur Rue du CommerceSmartphonesAsus Zenfone 5 Lite — 399€ 299€ sur AmazonHuawei P8 Lite (2017) — 249€ 169€ sur Rue du CommerceJeux vidéoPillars of Eternity II + Wasteland 2 Director’s Cut Edition + 5.50€ reversés — 45€ sur GOGBattletech + Shadowrun Returns + 7.60€ reversés — 39€ sur GOG

L’iPhone 2018 OLED 6,5 pouces commence la production de sa dalle le mois prochain

L’iPhone 2018 OLED 6,5 pouces commence la production de sa dalle le mois prochain

Une sortie qui approche tout doucement…Pour l’année 2018, trois nouveaux iPhone sont prévus d’après les dernières rumeurs – dont la véracité est, comme toujours, à prendre avec des pincettes. Parmi les téléphones, l’un d’eux sera équipé d’un écran OLED de 6,5 pouces et sera, bien évidemment, le modèle le plus coûteux. Certains analystes prédisent même que son prix dépassera celui de l’iPhone X puisque les utilisateurs seraient enclins à payer beaucoup plus leur smartphone – une étude l’a également souligné auprès d’utilisateurs français. Et d’après Economic Daily News, précédé par ETNews, la production de l’écran OLED du prochain iPhone commence dès le mois prochain…L’iPhone OLED 6,5 pouces approche doucement…Alors que les utilisateurs profitent encore de l’écran OLED d’un iPhone X plutôt coûteux mais proposant un Face ID impressionnant, son successeur approche progressivement… Un successeur qui proposera une technologie OLED pour sa dalle d’une taille de 6,5 pouces. Les modèles accompagnant sa sortie seront quant à eux équipés d’un LCD – que beaucoup d’utilisateurs commencent à trouver désuets. Fait étonnant pour ceux qui ne s’intéressent pas foncièrement à la production, ces écrans seront conçus par Samsung, ennemi de toujours d’Apple. Pour être plus précis, la production des dalles débutera dès le mois prochain. A noter qu’Apple a, d’après certaines sources, pu négocier le prix des écrans OLED auprès de son concurrent et fournisseur. Et pour cause : ce dernier s’est malheureux retrouvé avec un stock important sous les bras lorsque la firme de Cupertino a décidé de réduire la production de son iPhone X. Un iPhone X qui s’est bien écoulé mais a connu des ventes en deçà des espérances d’Apple. Reste à savoir quand la firme de Cupertino décidera de proposer la technologie OLED, de plus en plus répandue, à l’ensemble de ses smartphone un jour. Des rumeurs évoquent la création d’une usine secrète pour développer des microLED destinées aux produits Apple comme l’Apple Watch ou l’iPhone…