Fortnite Battle Royale : jouez avec la même configuration que Ninja

Fortnite Battle Royale : jouez avec la même configuration que Ninja

Ninja est le streamer le plus célèbre du monde sur le jeu Fortnite Battle Royale, battant de nouveaux records d’audience jour après jour, au gré de ses victoires successives. Sa configuration a fuité, on vous en fait profiter…Une victoire cela ne tient parfois qu’à un réglage plus efficient, vous conférant un avantage certain sur le reste des joueurs, et au vue du nombre de victoires du joueur Ninja devenu très populaire ces dernières semaines grâce à ses victoires insolentes sur le jeu Fortnite Battle Royale, on a cherché à savoir quelle est sa configuration et bonne nouvelle on a trouvé !Paramètres de Ninja sur le jeu Fortnite Battle RoyaleSensibilité de la souris : .08
Sensibilité des contrôles X : 5
Sensibilité des contrôles Y : 5
Sensibilité (visée – souris) : .60
Sensibilité (lunette – souris) : .65
Échelle de l’interface : 1.00Swap Accept and Back : non
Région de matchmaking : 26 ms
Inverser la caméra : non
Appuyer une seule fois pour sprinter : non
Rechargement interrompu en sprintant : non
Toucher pour fouiller/interagir : non
Appuyer une seule fois pour viser : non
DPI souris : 800Rien ne dit que vous deviendrez le roi du jeu Fortnite Battle Royale, car il reste une dose de réflexes, de stratégie et de talent à avoir pour parvenir à égaler Ninja, mais au moins vous ne chercherez plus d’excuses avec les différences de configuration.

Switch : Reggie Fils-Aimé revient sur le succès de la Switch

Switch : Reggie Fils-Aimé revient sur le succès de la Switch

Reggie Fils-Aimé savait que la Switch allait cartonner et le président de Nintendo of America a confié au site Game Informer les raisons de cette certitude, dés la publication de la vidéo de présentation de la console hybride de Nintendo.Reggie Fils-Aimé, le président de Nintendo of America n’est jamais avare d’échanges avec des sites spécialisés lorsqu’il s’agit d’aborder les succès de Nintendo. Cette fois, c’est au site Game Informer, qu’il a confié que dés le début, il savait que la console hybride serait un succès mondial. Les chiffres ne peuvent que lui donner raison, puisque la Switch bat des records de ventes mois après mois.Reggie Fils-Aimé savait dés le lancement que la Switch ferait un cartonle président de Nintendo of America a déclaré : ” Quand j’ai vu la Nintendo Switch pour la première fois, j’ai tout de suite su qu’elle proposerait des expériences encore jamais vues. J’ai pensé que la possibilité d’emmener partout avec soi des jeux d’une qualité identique à celle fournie par une console de salon et d’y jouer avec des amis, sans oublier toutes les nouvelles fonctionnalités propres à la console et les Joy-Con, changerait la façon dont les gens jouent à leurs titres favoris “, soulignant : ” Le fait de permettre à quelqu’un d’avoir toujours le temps de jouer à ses jeux préférés est un concept on ne peut plus puissant “.Reggie Fils-Aimé a ensuite ajouté : “ Bien sûr, même lorsque l’on est conscient du potentiel d’une machine en interne, nous ne savons jamais comment le grand public va réagir. Nous avons pu constater un fort intérêt du public lors de notre première vidéo de présentation. A partir de là, cet enthousiasme s’est poursuivi jusqu’au lancement de la console et même durant les fêtes de fin d’année “.Il a ensuite conclu en affirmant : ” Nous sommes vraiment heureux de la réaction des fans, et ce n’est que le début “. En effet, Nintendo prépare le lancement d’un service en ligne qui pourrait bien renforcer l’écosystème de la Switch, mais aussi la communauté de joueurs. On sait également que Nintendo souhaite optimiser les jeux à plusieurs et familiaux, afin de faire ce que très peu de consoles peuvent se vanter : équiper plusieurs membres d’un même foyer…

Avec le Chromebook Tab 10, Acer vise le secteur de l’éducation

Avec le Chromebook Tab 10, Acer vise le secteur de l’éducation

Acer vient de lancer sa nouvelle tablette à destination du monde éducatif, la Chromebook Tab 10. Il s’agit de la première tablette sous Chrome OS. Avec ce nouvel appareil, Acer espère bien concurrencer Apple et son iPad.Il y a de la concurrence dans l’air entre Apple et Acer. En effet, avec sa nouvelle tablette, la Chromebook Tab 10, Acer espère bien séduire le secteur de l’éducation. En lançant son nouvel appareil, le fabricant a pris de court Apple, qui a présenté sa nouvelle tablette quelques heures après.Lancement de la Chromebook Tab 10, la nouvelle tablette d’AcerEt ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’Acer a choisi le système d’exploitation Chrome OS, réservé jusqu’à présent aux PC et aux machines hybrides. En effet, celui-ci marche plutôt bien aux États-Unis, et notamment au sein du système scolaire. C’est dans cette perspective que le fabricant taïwanais a donc indiqué que la Chromebook Tab 10 avait pour objectif d’optimiser la coopération entre étudiants et corps enseignant.Et pour séduire le monde de l’éducation, Acer a de solides arguments à faire valoir pour sa tablette. On retrouve notamment un processeur OP1 couplé à 4 Go de mémoire vive, ainsi que 32 Go de stockage interne.Une tablette signée Acer qui ambitionne de concurrencer AppleAutre atout non négligeable lorsqu’il s’agit d’innovations pédagogiques, la Chromebook Tab 10 permet de bénéficier de la réalité augmentée, par l’intermédiaire de l’application Expeditions AR. Cela donne la possibilité de projeter des objets en 3D dans une salle de classe.Parmi les autres caractéristiques de la tablette, on retrouve un écran avec une dalle IPS de 9,7 pouces avec une définition de 2048 x 1536 px, et une résolution de l’ordre de 264 ppp. Pour se connecter, la Tab 10 fait appel au Wi-Fi 802.11 ac et au Bluetooth 4.1On retrouve aussi un port USB-C 3.1 sur l’appareil, ainsi que deux capteurs photos, l’un à l’avant de 2 Mpx, l’autre à l’arrière de 5 Mpx. De même, deux haut-parleurs et une prise jack 3,5 mm sont aussi présents. Cette tablette Acer sera commercialisée en France au mois de mai, au prix de 329 euros.

Ni vu, ni connu, Facebook supprime des messages privés de Mark Zuckerberg

Ni vu, ni connu, Facebook supprime des messages privés de Mark Zuckerberg

Le bad buzz s’enchaîne pour Facebook et son patron, Mark Zuckerberg. En effet, des messages envoyés par ce dernier par Messenger ont été discrètement effacés. La surprise émane du fait que ces messages reçus ne sont plus visibles non plus par les destinataires.C’est le site TechCrunch qui a révélé l’affaire : plusieurs messages envoyés par le patron de Facebook ont été effacés. Chose surprenante, ces messages, visiblement choisis un par un, ont aussi disparu de la boîte de réception des destinataires. Le plus étonnant étant que cette fonctionnalité n’existe pas sur Messenger, il est en effet impossible de supprimer un message sur le compte d’un destinataire de message.Des messages privés de Mark Zuckerberg mystérieusement supprimés de MessengerIl faut dire que Mark Zuckerberg, secoué par le scandale Cambridge Analytica, ne veut sans doute pas que des conversations politiquement incorrectes apparaissent au grand jour. En effet, on ne peut pas dire que ce dernier aient été des plus adroits par le passé, notamment en 2004, où des échanges privés ne laissaient pas vraiment transparaître beaucoup d’éthique de la part de Mark Zuckerberg.En effet, ce dernier s’était vanté d’être en capacité de recueillir des informations sur « n’importe qui à Harvard », en l’occurrence mails, photos ou adresse. Et d’ajouter que « les gens les envoient, je ne sais pas pourquoi. Ils me font confiance. Gros débiles ».Facebook invoque la protection des communications de ses dirigeantsBref, de quoi écorner l’image de respectabilité qu’a voulu se donner pendant de nombreuses années le patron de Facebook. Pourtant, Facebook invoque d’autres raisons pour motiver la suppression de ces messages.Et d’indiquer « [qu’] après le piratage des mails de Sony Pictures en 2014, nous avons réalisé un certain nombre de changements pour protéger les communications de nos dirigeants ». Et de rajouter que le souhait est de « limiter la période de conservation des messages de Mark dans Messenger », et cela, selon le réseau, en toute légalité.Pourtant, rien n’est indiqué allant dans ce sens dans les conditions d’utilisation de Facebook ou de Messenger. De même, certains messages datant d’avant 2014 envoyés par Mark Zuckerberg à certains destinataires sont toujours disponibles, alors que d’autres ont disparu. Facebook, face à cette polémique naissante, a donc décidé de proposer une nouvelle fonctionnalité dans les prochains mois pour plus de transparence.

La version Kids de YouTube sera désormais entièrement gérée par des humains

La version Kids de YouTube sera désormais entièrement gérée par des humains

Face aux récentes polémiques, Google va revoir sa modération de YouTube Kids.YouTube Kids n’a pas été un franc succès ces dernières semaines. Il faut dire que l’application, censée proposer du contenu pour les enfants, a laissé filtré des vidéos à caractère pédophile et conspirationniste. De quoi provoquer un bad buzz chez Google et obliger la firme à revoir entièrement son application : ce qui devrait bientôt être fait !Une application entièrement gérée par des humainsCar YouTube Kids, comme son grand frère, reposait principalement sur l’utilisation de bots. Bots qui se sont révélés ici plus qu’inutiles face au déferlement de vidéos inappropriées pour les plus jeunes. D’après un rapport de BuzzFeed News, Google se préparerait donc à lancer une nouvelle version de son YouTube Kids entièrement géré par des humains. De quoi permettre un filtrage optimal des contenus inappropriés pour les enfants. Une décision au final logique pour Google qui souhaite attirer le plus tôt possible les jeunes internautes du côté de YouTube – tout en évitant la mauvaise publicité et de les heurter avec des vidéos extrêmes.

Exodus Privacy : visualisez les permissions accordées aux applications installées sur votre mobile

Exodus Privacy : visualisez les permissions accordées aux applications installées sur votre mobile

Exodus Privacy est une association connue pour préserver la vie privée des citoyens. L’instance propose une application innovante permettant d’en savoir plus sur les permissions qui sont octroyées aux applications installées sous Android et les trackers.On sait dorénavant que les applications installées sur un terminal Android peuvent être particulièrement intrusives, et accéder par exemple au dispositif de géolocalisation ou au journal d’appels. Et il n’est pas toujours facile pour l’usager d’avoir des informations complètes en la matière. Exodus Privacy semble y avoir remédié avec la nouvelle application qu’elle propose.Exodus Privacy, une instance pour préserver la vie privéeL’objectif de celle-ci est clair : il s’agit tout simplement d’identifier l’ensemble des applications qui ont été installées sur un mobile Android et de porter à la connaissance de l’usager les permissions qui ont été octroyées pour chacune d’entre elles. Et ce n’est pas tout, puisque l’application permet aussi de voir quels sont les trackers embarqués par ces applis.Attention toutefois, l’application pourra sembler difficilement accessible aux non-initiés et devrait plus séduire un public averti. A titre d’exemple, au lieu d’avoir une information qui apparaît sous forme rédigée, on se retrouve avec un langage beaucoup plus codifié.Une application qui permet d’en savoir plus sur les trackers embarquésEn effet, plutôt que d’indiquer qu’une application a obtenu un raccourci, on se retrouve avec une ligne du type « com.android.launcher.permission.INSTALL_SHORTCUT ». Mais il ne fait nul doute que cette première application d’Exodus sera optimisée dans un proche avenir. On appréciera la prise en main aisée de l’application.Concernant son fonctionnement, ce sont les rapports d’Exodus Privacy qui sont récupérés, pour ensuite être listés dans l’application. Par rapport à ce qui existe actuellement, soit en allant sur la liste Google Play des applications, soit en allant dans les paramètres Android, l’initiative d’Exodus Privacy apporte un réel plus.Rappelons que la société est dédiée à la confidentialité et à l’évaluation des applications Android. Exodus Privacy s’est fait remarquer dans l’affaire Reporty, une application lancée par la mairie de Nice à titre expérimental, qui contenait un nombre très important de mouchards.

Les français pourront bientôt payer avec Google Assistant

Les français pourront bientôt payer avec Google Assistant

Google s’enrichit d’un nouveau dispositif qui est tendance en ce moment : le paiement par smartphone, mais en prenant appui sur l’assistant de la firme, Google Assistant. Celui-ci facilitera les transactions financières, notamment pour les achats en ligne.L’assistant personnel Google Assistant déploie un nouveau service afin de séduire une nouvelle clientèle. Toujours dans la perspective de faciliter la vie au quotidien de l’usager, Google Assistant va lui permettre de faciliter les achats en ligne. Et la France n’est pas le seul pays concerné…Des paiements maintenant possibles via Google Assistant en FranceEn effet, cette option de facilitateur de paiement a aussi été proposée au Royaume-Uni, au Canada, en Australie, au Japon, ainsi qu’en Allemagne. Une façon d’inciter les utilisateurs, pas forcément encore adeptes des assistants en France, de franchir le cap et de bénéficier des apports de l’intelligence artificielle.Google a redoublé d’efforts ces derniers temps pour convaincre avec son assistant, multipliant les fonctionnalités. On retrouve notamment avec Google Assistant la reconnaissance d’objets ou de monuments sur une photo donnée par exemple. Avec ce nouveau dispositif de paiement développé pour Google Assistant, cela ouvre de nouvelles possibilités aux développeurs.Des paiements d’un nouveau genre qui se développent en FranceEn effet, ces derniers pourront proposer des applications compatibles avec ce dispositif, qui rend plus efficients les achats en ligne. Google prolonge donc les offres en matière de transactions financières, après Android Pay qui permet le paiement mobile sans contact dans les enseignes.Dans le cas de Google Assistant, ce sont donc les développeurs qui auront le choix d’intégrer ce nouveau service sur leur plateforme, ce qui permettra ensuite à l’usager de souscrire à cette option, qui promet « des expériences de commande plus fluides que sur les sites web et les applications mobiles grâce à une expérience de commande naturelle et conversationnelle ».L’usager n’aura quant à lui pas grand-chose à faire, seulement donner son numéro de carte bancaire sur son compte Google. C’est ensuite en discutant avec Google Assistant que les différentes transactions financières pourront être validées. Il s’agit donc en quelque sorte d’une procédure orale, qui devrait séduire les plus pressés d’entre nous.

Netflix prêt à racheter 300 millions de dollars une société de panneaux publicitaires

Netflix prêt à racheter 300 millions de dollars une société de panneaux publicitaires

Netflix serait en passe de jouer un gros coup pour son marketing.Le marketing est une donnée importante chez Netflix. C’est grâce à cette dernière – couplée à des productions originales – que le géant du streaming a récolté plusieurs millions d’abonné(e)s. Mais le site ne compte pas s’arrêter là et serait prêt, d’après une information émanant de Reuters, à racheter une société de panneaux publicitaires pour 300 millions de dollars.Un rachat stratégiqueNetflix pourrait donc racheter la société Regency Outdoor Advertising, société spécialisée dans les panneaux publicitaires détenant la plupart de ces derniers dans Los Angeles. On trouve également Regency Outdoor Advertising du côté des routes, de l’aéroport international, de l’université de Californie ou encore du stade des Angels dans cette même ville. Autant dire que si Netflix acquière les panneaux publicitaires de la société, le géant pourra frapper encore plus fort niveau marketing. Bien sûr, les négociations sont en cours et rien n’affirme avec certitude que Netflix sera l’acquéreur de Regency Outdoor Advertising. Mais en cas de rachat, les américains du côté de Los Angeles auront du mal à passer à côté du site de streaming… 

Des sorties scolaires dans des magasins Apple… pas au goût de l’Éducation Nationale

Des sorties scolaires dans des magasins Apple… pas au goût de l’Éducation Nationale

C’est un reportage sur France 2 qui a suscité la polémique : on y voit des enseignants amener leurs élèves dans des Apple Store pour une initiation à la programmation informatique. Seul hic : l’Éducation Nationale y voit un manque de respect au principe de neutralité.France 2 ne pensait sans doute pas susciter l’émoi de l’Éducation Nationale avec son reportage montrant des sorties scolaires se dérouler dans des Apple Store. Si ces invitations faites aux écoliers ne sont pas nouvelles et qu’elles ont lieu depuis des années, elles semblaient plutôt méconnues de la part de l’Éducation Nationale.Polémique autour des sorties scolaires dans des Apple StorePaul Devin, inspecteur de l’institution et secrétaire général du SNPI-FSU, n’y va pas par quatre chemins : « Un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions ne peut pas faire de la promotion pour un objet commercial. Il n’y a pas besoin d’Apple pour enseigner ».Pourtant, Apple se défend d’avoir des arrière-pensées commerciales lorsqu’elle invite des élèves pour découvrir le monde informatique. Déjà, parce que la firme a une page dédiée au dispositif. De plus, parce qu’il manque des profils technologiques en France et que son initiative pourrait susciter des vocations de la part des élèves.Une polémique avec des points de vue différentsToutefois, Apple restant une entreprise à but lucratif, certaines choses peuvent susciter débat. En effet, lors de ce reportage, on voit des élèves qui s’initient à l’informatique et qui travaillent sur un robot, que l’on retrouve en vente dans le store.De plus, Apple soigne ces élèves en leur offrant des petits cadeaux à la fin de la séance, comme des T-shirt et des clés USB avec le logo Apple. Et le fait qu’un vendeur indique que ces sorties scolaires dans les Apple Store soient « une vitrine pour nos produits », n’est pas vraiment là pour rassurer ceux qui doutent des intentions de la firme de Cupertino.S’il est donc évident qu’il y a un côté publicitaire dans la démarche d’Apple, certains responsables d’établissement estiment que cela reste tout de même limité, d’autant plus que le codage informatique est inscrit au programme. Quant aux élèves, ils semblent avoir apprécié leur sortie scolaire…