Xiaomi Mi Mix 2 : le smartphone borderless à 456€

Xiaomi Mi Mix 2 : le smartphone borderless à 456€

La phablette du fabricant chinois est disponible en version internationale en 128 ou 256 Go.Xiaomi perce de plus en plus en Europe alors qu’il y a seulement quelques années, le fabricant de smartphone restait réservé à un marché de niches. En Asie, la popularité de Xiaomi n’est dépassé que par Oppo, et peut-être plus pour très longtemps.Un borderless haut de gammeLe Xiaomi Mi Mix premier du nom avait été écoulé en quelques secondes seulement comme nous le rapportions lors de la commercialisation du mobile en novembre dernier. Alors que le fabricant avait pour habitude de s’inspirer librement des grands constructeurs tels qu’Apple et Samsung, il frappait un grand coup il y a un an en dévoilant son smartphone borderless. L’écran occupait ainsi plus de 90% de la surface de l’appareil, notamment grâce à la suppression du haut-parleur, remplacé par une technologie acoustique piézoélectrique qui permet au son d’être transmis par la vitre de l’écran par vibration.Pour la deuxième itération de son succès, le chinois est donc allé plus loin avant tout au niveau de la fiche technique, et il faut regarder sous le capot pour s’apercevoir des changements : un SoC Snapdragon 835 octo-core (cadencés à 2,35 GHz), un iGPU Adreno 540, 6 Go de RAM (et 8 Go pour la Special Edition). Xiaomi a cependant aussi revu son écran, qui passe d’un 6,4″ en format 17:9 à un 6″ au rapport 18:9 plus conventionnel, notamment dans le secteur des smartphones borderless. La dalle IPS affiche une définition de 2160 x 1080 px.Côté photographie, le Xiaomi Mi Mix 2 emporte deux capteurs photo-vidéo : un de 5 Mpx en façade et un second de 12 Mpx au dos, avec optique stabilisée. Sous ces capteurs, on trouve le lecteur d’empreintes digitales. La phablette Xiaomi est disponible en promotion chez Gearbest en deux modèles (128 Go et 256 Go) qui profitent tous deux d’une promotion avec le code GBNovember. La phablette ne pouvant accueillir de carte microSD, le choix de la capacité de mémoire interne est crucial.Xiaomi Mi Mix 2 (128 Go) — 506€ 456€ sur GearbestXiaomi Mi Mix 2 (256 Go) — 615€ 555€ sur GearbestÀ propos des bons plans L’équipe de Begeek vous propose chaque jour le meilleur des bons plans du web aux plus petits prix. Il est possible qu’une commission nous soit reversée suite à votre achat : pour vous, le prix reste le même. Pour nous, c’est un coup de pouce qui rend notre travail possible.
Retrouvez nos bons plans sur Twitter ici @begeek_bonplan

The Punisher : notre avis sur un léger réveil de Marvel et Netflix

The Punisher : notre avis sur un léger réveil de Marvel et Netflix

Avec The Punisher, Netflix remonte un peu le niveau déclinant de ses séries Marvel, malgré une série imparfaite mais qui fait son job. Place à notre critique sans spoilers.Les fans de Marvel (à commencer par ceux à la rédaction) attendaient fortement et avec une certaine appréhension The Punisher sur Netflix. Il faut dire que malgré quelques bons passages dans The Defenders (The Defenders : notre avis sur la réunion mitigée des héros Marvel de Netflix), le niveau des séries Marvel sur le service de streaming ne fait que baisser au fil des mois. Si à notre humble avis le show de Steve Lightfoot (Hannibal) n’égale pas tout à fait les meilleures que sont Daredevil et Jessica Jones, il s’en approche en tout cas bien plus que la moyenne Luke Cage et surtout la très médiocre Iron Fist. Voici notre critique complète, sans spoilers en dehors du synopsis et de ce qui est montré dans les excellents trailers.Frank Castle CrashersThe Punisher reprend l’histoire de l’antihéros Frank Castle globalement là où la saison 2 de Daredevil l’avait laissée. Suite au meurtre de sa femme et de ses enfants, l’ancien marine est entré dans une croisade vengeresse pour abattre tous les responsables. Sa quête complétée dans le sang et les autorités le croyant mort, Frank range alors ses armes et son célèbre crâne et reprend sa vie sous une fausse identité. Cela ne va sans surprise pas durer longtemps, puisqu’un élément de son passé va refaire surface et le replonger lui et d’autres dans des intrigues qui pourraient coûter la vie à bien des personnes.Difficile d’en dire beaucoup plus sans dévoiler des éléments clés de l’intrigue, mais sachez juste que le coeur du scénario mêle programme militaire illégal, conspirations à base de CIA et Sécurité Intérieure et autres agents corrompus. Rien de bien original au premier abord donc, et les premiers épisodes permettant d’installer cette intrigue sont d’ailleurs un peu longs par moments. De plus, les intrigues secondaires, souvent pensées visiblement en premier lieu pour le public américain, ne sont pas toutes passionnantes (le retour difficile de soldats de la guerre par exemple, vu et revu) ou bien pas suffisamment creusées (le débat sur le port d’arme notamment, sujet brûlant aujourd’hui trop rapidement abordé).Heureusement, The Punisher garde ses spectateurs jusqu’à son dénouement sans trop avoir à forcer grâce à différents éléments, à commencer par ses personnages. Outre Jon Bernthal, définitivement né pour avoir le rôle de Frank Castle tant il joue aussi bien la colère pure et viscérale que le personnage brisé et presque doux (notamment en compagnie de Karen Page, de retour pour quelques apparitions), certains nouveaux personnages fonctionnent vraiment bien. On pense notamment à Micro (Ebon Moss-Bachrach) qu’on aimerait beaucoup revoir bosser avec Castle à l’avenir, l’acharnée agente Dinah Madani (Amber Rose Revah) ou encore l’assez riche et cohérent personnage de Billy Russo (Ben Barnes).Punish YourselfL’histoire de Micro et tous les éléments de scénario qui gravitent autour, comme sa famille et leur relation compliquée avec Castle, est d’ailleurs l’une des meilleures réussites de The Punisher. Au milieu des trahisons et des combats, les scènes chez la femme de Micro sont souvent une bouffée d’air frais agréable malgré la complexité des sentiments montrés à l’écran. On appréciera également que contrairement à Luke Cage, The Punisher ne s’effondre pas dans son dernier tiers. Oh, que non.Les derniers épisodes sont un festival de violence (souvent gratuite, certes, mais c’est Frank Castle après tout, on n’est pas là pour enfiler des perles) qui tranchent avec les premiers épisodes, finalement assez sages en comparaison, mais bien écrits. Si vous n’aimez pas le sang, vous feriez bien de passer votre chemin tant notre antihéros récolte de blessures et surtout en délivre. Les scénaristes prennent un peu leur temps, mais finissent par embrasser pleinement et correctement le personnage violent, mais aussi complexe du Punisher, qui évolue beaucoup au fil des épisodes. On aimerait beaucoup le voir face à un Danny Rand qui semble toujours plus raté et plat en comparaison.Côté réalisation rien à signaler, l’ensemble est toujours aussi propre, sobre et doté d’un léger grain comme les séries précédentes. Un léger manque de folie (y compris pour la musique de Tyler Bates, malheureusement peu mémorable) qui permet cependant d’avoir de l’action claire en toutes circonstances. On pourra également reprocher à la série de n’avoir presque aucun lien avec le MCU et les séries Netflix précédentes (à tel point que nous n’avons même pas repéré le traditionnel caméo de Stan Lee). Un bon point cela dit pour ceux qui ne voudraient pas tout rattraper, puisque seuls quelques éléments de la saison 2 de Daredevil sont plus ou moins nécessaires pour appréhender idéalement The Punisher.The Punisher : notre avisThe Punisher est globalement une réussite. Malgré quelques passages un peu longuets à cause notamment d’intrigues secondaires pas toujours très passionnantes ou originales, la série enrichit comme on l’espérait le personnage complexe de Frank Castle et sème des graines encourageantes pour une éventuelle suite avec de nouveaux personnages assez réussis. Ce n’est pas la meilleure série de l’année, ni même la meilleure série Marvel selon nous, mais comme Frank avec n’importe quelle arme dans les mains, elle fait le job que l’on attend d’elle sans toujours se préoccuper de la finesse, mais en ne l’oubliant pourtant pas en permanence.

Black Friday et e-commerce : 2017 devrait encore battre des records

Black Friday et e-commerce : 2017 devrait encore battre des records

Une étude vient de montrer que le e-commerce se porte très bien en France. Le Black Friday et la période de noël devraient clore une année en beauté pour les e-commerçants.La FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) vient de publier son baromètre des intentions d’achat pour noël et des opérations promotionnelles du Black Friday et Cyber Monday. L’étude souligne aussi la bonne santé du commerce en ligne (e-commerce) qui devrait encore battre un record de ventes cette année.Black Friday et Cyber Monday vont lancer les achats de noëlTout droit venu des Etats-Unis, les opérations promotionnelles du Black Friday (24 novembre) et du Cyber Monday (27 novembre) devraient, cette année, prendre une ampleur inédite en France. Selon les résultats de l’enquête Médiamétrie/NetRatings, près de 70 % des internautes comptent profiter de ces deux journées promotionnelles pour réaliser des emplettes. `Pour 89 % des internautes se préparant à acheter durant cette période, il s’agira d’achat de noël. Interrogés sur les dépenses qu’ils envisagent, le montant moyen des achats serait de 187 euros. Ces deux journées du 24 et 27 novembre 2017 devraient voir des promotions autant dans les sites de e-commerce que dans des boutiques physique.e-commerce : une prévision de 80 milliards d’euros cette annéeLe e-commerce se porte bien dans l’hexagone. La FEVAD estime que la barre de 80 milliards d’euros d’achats devrait être franchie cette année, une progression à deux chiffres qui devrait tourner autour de 14 %. L’achat sur internet devient donc quelque chose de très banal stimulé par les avantages qu’il présente comme ne pas à affronter la foule, un plus grand choix, de meilleurs prix et le confort de son salon pour faire ses achats en ligne.La période des opérations promotionnelles de novembre et les achats de noël représentent à eux-seul, 20% du montant des ventes annuelles.

Google Play Store : une mystérieuse section “Notifications” fait son apparition

Google Play Store : une mystérieuse section “Notifications” fait son apparition

Depuis peu, certains utilisateurs du Google Play Store font remonter une curieuse zone de notifications qui n‘existait pas auparavant. Google semble être en train de mettre en place une nouvelle fonctionnalité sur sa plateforme.D’après les remontées de quelques utilisateurs, une zone baptisée « notifications » a fait son apparition dans le Google Play Store, et visiblement cette dernière devrait apporter un vrai plus pour la gestion des applications, car elle pourrait faire apparaître des informations sur les applications installées sur le smartphone.Une zone de notifications sur le Google Play StoreC’est la communauté d’Android Police qui a fait remonter cette information et qui spécule sur cette zone de notifications, en pensant qu’à l’avenir un flux d’actualités construit comme une sorte de Newsletters fournira une multitude d’informations en temps réel sur vos applications favorites. Cette zone servirait aussi à administrer les préinscriptions et les inscriptions aux versions bêtas des applis.De cette manière, les utilisateurs seront nettement mieux informés des nouveautés apportées par les mises à jour des applications installées sur le smartphone. Pour l’instant, très peu de comptes semblent disposer de cette possibilité, Google doit donc effectuer des tests avant de déployer cette fonctionnalité à un panel plus grand, pour tester et découvrir cette nouveauté. Il est probable, dans quelques mois, lors d’une prochaine mise à jour de Google Play Store, que la firme de Mountain View démocratisera cette zone.Google gère la plateforme de téléchargement d’applications numéro un dans le monde, mais il continue à chercher à améliorer l’expérience utilisateur, afin d’éviter que certains utilisateurs soient tenter d’aller voir ailleurs, avec tous les risques que l’on connait à télécharger des applications sur des plateformes tierces, en termes de sécurité.