OnePlus 5 : puissance et double capteur photo à 499 euros

OnePlus 5 : puissance et double capteur photo à 499 euros

Hier avait lieu la présentation de l’attendu OnePlus 5. Le nouveau smartphone de la marque, qui prend le relais du OnePlus 3/3T parce que pourquoi pas, mise toujours sur les ingrédients habituels, à savoir de la puissance à “petit” prix et une solide finition en aluminium, tout en y ajoutant cette fois un double capteur photo spécialement solide sur le papier. Un accent mis sur la photo Doté d’une ouverture large et d’un autofocus “ultra-rapide”, ce double capteur (Sony IMX398 de 16MP à f/1.7 et Sony IMX350 de 20 MP à f/2.6) promet des photos lumineuses et nettes même en zoomant. Capable notamment d’ajouter un flou progressif, ce double capteur est accompagné par un Sony IMX 371 de 16 MP en façade. Pour le reste, OnePlus fait classique mais solide. Derrière l’écran AMOLED Full HD de 5,5 pouces avec Gorilla Glass 5 du OnePlus 5 on retrouve un SoC octa-core Qualcomm Snapdragon 835 épaulé par 6 ou 8 Go de RAM et un GPU Adreno 540. Le stockage non extensible lui propose 64 ou 128 Go d’espace tandis que la batterie non amovible de 3300 mAh est compatible charge rapide grâce au port USB Type-C (un jack audio demeure présent). Haut de gamme oblige, un lecteur d’empreintes digitales est de la partie, de même que des puces Bluetooth 5.0, WiFi MIMO ou encore NFC. OxygenOS basé sur Android N anime toujours l’ensemble. On relèvera pour conclure que le OnePlus 5 ne pèse que 153g et reprend le bouton physique pour basculer entre 3 profils personnalisables pour les notifications. Le OnePlus 5 disponible dans quelques jours La commercialisation officielle démarrera le 27 juin prochain à partir de 499 euros. Un prix élevé pour la marque, mais qui demeure bien en dessous de la concurrence pour une puissance et une finition équivalente. Deux couleurs seront proposées, Midnight Black et Slate Gray. Crédits Photos : OnePlus

Blood Drive : notre avis sur un pilote aussi décomplexé qu’espéré

Blood Drive : notre avis sur un pilote aussi décomplexé qu’espéré

Après les excellentes American Gods (American Gods : notre avis sur un premier épisode qui donne la foi) et Missions (Missions : notre avis sur la série de science-fiction signée OCS), place aujourd’hui à notre troisième critique de série sélectionnée dans notre guide des nouveaux shows les plus prometteurs de cet été. Nous avons ainsi pu voir le premier épisode de Blood Drive qui a parfaitement comblé nos attentes. Un pilote réjouissant de débilité Proposée par Syfy, chaîne capable du pire comme du meilleur, Blood Drive est comme son nom et son synopsis l’assument, une série portée sur le nanar et la tradition Grindhouse. Sorte de mélange volontairement turbo débile entre Mad Max et Death Race, le show se déroule dans un futur proche post-apocalyptique où le dernier bon flic de Los Angeles est lancé malgré lui au coeur d’une course mortelle à travers les États-Unis aux côtés d’une femme qui ne l’est visiblement pas moins. Le principal plot twist est le suivant : le sang humain a remplacé l’essence, devenue trop chère. Vous l’aurez compris, il sera donc majoritairement question de courses poursuites et de dialogues absurdes, de musique qui tape, de gens broyés dans des moteurs à grands renforts de jets de sang et de costumes, décors et effets visuels volontairement kitchs. Pourtant, ce premier épisode qui maitrise très bien ces éléments sans trop en faire, parvient également à proposer quelques sous intrigues en dehors de la course qui titillent le spectateur juste comme il faut sans trop se prendre au sérieux pour autant. Difficile de savoir si la série de James Roland arrivera à tenir en haleine le spectateur durant ses 13 épisodes là où généralement un film suffirait, mais le pilote est en tout cas parfaitement réjouissant de décomplexion et de débilité. On appréciera également les performances d’acteur sympathiques du trio principal qui se fait plaisir, à savoir Alan Ritchson (qui a trouvé un peu de nuance depuis Blue Mountain States), Christina Ochoa (l’atout sexy de la série même si Syfy censure la majorité, on n’est pas sur HBO après tout) et Colin Cunningham (le méchant haut en couleur). Blood Drive : notre avis Brainless. Tel est le premier mot qui vient à l’esprit après avoir vu le pilote de Blood Drive. Même si la recette risque de fatiguer avant la fin des 13 épisodes – bien qu’une montée dans les tours de l’absurdité ne semble pas à exclure d’après le trailer -, reste que le pilote de la série est aussi débile et sanglant qu’espéré et délivre le divertissement estival attendu. Je ne pensais personnellement pas aller au-delà du pilote au départ, mais finalement j’attends la suite avec une certaine impatience. Si vous n’êtes pas fan du genre Grindhouse en revanche… Crédits Photos : Syfy

Diablo 3 : le nécromancien fera son retour le 27 juin

Diablo 3 : le nécromancien fera son retour le 27 juin

Attendue de pied ferme par les fans de la première heure, la classe du nécromancien arrive bientôt sur Diablo III. En effet, c’est le 27 juin prochain qu’il sera possible de (re)parcourir le jeu de Blizzard sur PC, PS4 et Xbox One avec ce personnage maître des arts occultes, du sang et des os, moyennant l’achat du pack Le retour du nécromancien à 14,99 euros. “Le moment est venu” Outre le nécromancien, ce pack uniquement disponible au format numérique contient une mascotte, une paire d’ailes, un étendard, des éléments aux couleurs du nécromancien (bannière, emblème et décoration), deux emplacements de personnage supplémentaires et, uniquement sur PC cette fois, deux onglets d’inventaire supplémentaires. En même temps que ce pack, Blizzard publiera pour tous la mise à jour 2.6 de Reaper of Souls, nécessaire pour acheter le Nécromancien. Au menu notamment : la saison 11, deux nouvelles zones, les Landes Embrumées et le temple des Premiers-Nés, de nouveaux objets ou encore des failles probatoires (des versions hebdomadaires et figées des failles supérieures précédemment terminées). Relevons que les joueurs consoles qui n’auraient pas déjà Diablo III: Ultimate Edition pourront s’offrir directement Diablo III: Eternal Collection, regroupant l’Ultimate Edition et le pack Le retour du nécromancien. Cette édition sera temporairement vendue à 39,99 euros avant de passer à 59,99 euros. Le retour du nécromancien dans Diablo 3 Crédits Photos : Blizzard

Watchmen : retour du projet de série sur HBO, cette fois avec Damon Lindelof

Watchmen : retour du projet de série sur HBO, cette fois avec Damon Lindelof

Alors que l’actrice Malin Akerman enterrait il y a peu l’idée d’une suite au film Watchmen de 2009 de Zack Snyder, voilà que l’on reparle aujourd’hui d’une adaptation en série télévisée du célèbre comics du même nom. D’après Variety, Damon Lindelof (Lost, The Leftovers) serait en début de discussions avec HBO pour s’en charger. Un projet encore très jeune Rappelons qu’un projet similaire avec Zack Snyder à bord avait finalement été avorté sur la chaîne en 2014 et que rien n’est donc fait. Cette nouvelle adaptation se baserait sur l’oeuvre originale de 1985 par Alan Moore et Dave Gibbons et ne serait donc pas liée au film. Watchmen : Malin Akerman est certaine que le film n’aura pas de suite Watchmen : une oeuvre culte qui mérite une série Se déroulant dans une réalité alternative en 1985 où la Guerre Froide entre les USA et l’URSS fait encore rage suite aux actions de héros costumés, Watchmen est une oeuvre sombre et satyrique qui tranche avec les super héros habituels. D’anciens super héros, Dr Manhattan, le Hibou, le Spectre Soyeux ou encore Rorschach, enquêtent sur la mort de l’un d’entre eux et mettent à jour une conspiration de grande ampleur. Le casting du film de Zack Snyder était notamment composé de Patrick Wilson, Jackie Earle, Malin Akerman, Billy Crudup, Carla Gugino ou encore Jeffrey Dean Morgan. Rendez-vous dans quelques mois pour voir si le projet aboutit ! Crédits Photos : DC Comics