La version Windows de Google Chrome désormais plus sécurisée

La version Windows de Google Chrome désormais plus sécurisée

Google Chrome possède déjà des outils, intégrés ou non, qui permettent de naviguer plus sereinement. Mais la firme semble aujourd’hui vouloir aller plus loin, notamment sur la version Windows, la plus utilisée et donc susceptible d’être attaquée. Ainsi, durant les prochains jours via un déploiement progressif plusieurs éléments vont faire leur arrivée sur Chrome. Une meilleure détection des changements indésirables Tout d’abord, quand Chrome détectera que les paramètres utilisateur ont été modifiés sans le consentement de ce dernier (par une extension qui change le moteur de recherches par défaut par exemple), le navigateur affichera un message proposant de restaurer les paramètres précédents. Ensuite, le navigateur va également alerter l’utilisateur lorsqu’un téléchargement vient accompagné d’un logiciel caché. L’interface de cet outil (Chrome Cleanup, désormais intégré au logiciel) a été revue et il devrait être plus aisé d’éviter les installations non souhaitées. Cette amélioration est notamment due à un partenariat entre Google et ESET (la firme derrière l’antivirus NOD32), dont le moteur de détection ne vient cependant pas remplacer un véritable antivirus, mais supprime simplement les logiciels qui ne respectent pas les conditions de Google. Google Chrome : un nettoyage intégré et efficace Reste que les utilisateurs les moins attentifs devraient ainsi mieux éviter les pièges et le temps d’un Chrome vérolé et croulant sous les barres d’outils et autres éléments perturbateurs pourrait bien être derrière nous. Source : Google
Crédits Photos : Google

Microsoft Edge débarquera sur Android et iOS fin 2017

Microsoft Edge débarquera sur Android et iOS fin 2017

C’est une annonce faite par Joe Belfiore, un des responsables de la firme de Redmond, qui précise que Microsoft Edge devrait bientôt arriver sur iOS et Android. Une première version test existe déjà à destination d’iOS, et arrivera un peu plus tard pour Android. La stratégie de Microsoft pour déployer son navigateur Edge Microsoft affiche ainsi ses ambitions : être présent sur un maximum de plateformes en proposant ses logiciels. De même Microsoft veut que l’usager retrouve un peu les mêmes choses que sous Windows 10, mais sur les smartphones ou les tablettes, ce qui sera plus confortable au quotidien. Avec la fonctionnalité « continue to PC » d’Edge, on peut assurer une certaine continuité entre appareils mobiles et PC, et débuter la recherche de sites sur un appareil mobile pour ensuite reprendre cette navigation sur son ordinateur équipé de Windows 10. Toutefois, cette première version d’Edge sur iOS est perfectible, puisqu’elle n’est disponible qu’en anglais et sur smartphones. Une application iOS et Android qui pourrait arriver fin 2017 Avec cette nouvelle stratégie, Microsoft espère gagner des parts de marché. La tâche s’annonce ardue, dans la mesure où à l’heure actuelle, Edge ne détient que 5,15% des parts de marché en ce qui concerne les navigateurs sur ordinateur, contre 14% environ pour Internet Explorer, 59,6% pour Chrome et 12,85% pour Firefox. Chrome apparaît assez largement dominant, d’autant plus que cette position se pérennise dans le domaine des appareils mobiles. Sachant que Google se montre assez agressif commercialement – sa dernière campagne « Get to Chrome Faster en atteste -, Microsoft devra envoyer l’artillerie lourde pour contrer cette forte domination. En proposant Microsoft Launcher, la firme joue sur un autre tableau en misant sur la personnalisation de l’écran d’accueil. Ce dispositif intègre ainsi une fonctionnalité de recherche universelle, permettant de faire évoluer l’écran. Crédits Photos : Microsoft Edge

YouTube Live veut améliorer l’expérience proposée aux streamers

YouTube Live veut améliorer l’expérience proposée aux streamers

Il y a quelques jours les utilisateurs de la plus grande plateforme de vidéo au monde, ont eu la chance de découvrir un nouveau design et un nouveau logo sur YouTube. Google n’est toutefois pas du genre à s’accommoder de quelques retouches cosmétiques et cette fois, la plateforme ravira les amateurs de streaming vidéo en direct. YouTube Live muscle ses performances et le côté social En effet, la plateforme dispose de sa propre solution de live streaming vidéo, au travers de sa fonctionnalité YouTube Live. C’est précisément cette dernière que Google cherche à optimiser pour le confort des streamers et des spectateurs. La firme de Mountain View propose donc moins de latence et plus de modération. YouTube Live a l’ambition de devenir la plateforme la plus performante du marché, afin de garantir les streaming les plus fluides possibles, aussi bien concernant le flux vidéo, que les échanges au sein des communautés. C’est sur ces deux aspects que Google souhaite attaquer frontalement les plateformes de live streaming, tels que Twitch par exemple ou Mixer. YouTube Live: plus de modération et moins de latence au programme Désormais, les utilisateurs de YouTube Live pourront enclencher l’option « low-latency », ce qui concrètement permettra de profiter d’échanges instantanés, car jusqu’à présent certains commentaires pouvaient apparaitre quelques secondes après leur publication, ce qui n‘était pas commode durant le live streaming pour échanger avec la communauté en temps réel. Autre nouveauté que tout bon streamer qui se respecte attendait impatiemment, une fonction de modération. Désormais, le streamer pourra modérer les commentaires offensants ou les insultes. afin de disposer d’un chat le plus courtois et agréable possible. YouTube Live annonce d’ailleurs plancher sur un algorithme qui apprendra vos habitudes de modération pour que cette tâche devienne de moins en moins présente dans votre quotidien. Enfin, autre fonction sympathique, lorsque vous réaliserez un streaming depuis votre portable, si des applications ou des jeux sont compatibles, il sera possible d’afficher ce qu’il y a sur votre écran de smartphone en même temps que le Live streaming. Pratique pour montrer un exploit dans un jeu ou pour faire un petit tuto vidéo par exemple. Par ces nouveautés, YouTube Live compte bien s’attaquer à la concurrence, afin de grignoter des parts de marché en séduisant les streamers en quête d’un service de qualité pour satisfaire les attentes de leur communauté. Crédits Photos : Alexey Boldin / Shutterstock.com

Piratage d’Instagram: les coordonnées de 6 millions de comptes dans la nature

Piratage d’Instagram: les coordonnées de 6 millions de comptes dans la nature

Si vous suivez l’actualité high-tech de près, vous n’avez sans doute pas raté que le 30 août, le service de partage de photos Instagram a avoué que des accès illégitimes avaient eu lieu sur certains comptes appartenant à des personnalités. Il aurait été difficile de dissimuler les faits puisque des photos de Justin Bieber en tenue d’Adam avaient fuité suite à un accès illégitime sur le compte de sa petite amie Selena Gomez le 28 août. Des données non cryptées ont filtrées lors du piratage d’Instagram Depuis les chercheurs de Kaspersky sont parvenus à comprendre l’origine du problème ayant conduit à ce piratage et indiquent que les hackers ont exploité un bug de l’application mobile, dans sa version 8.5.1, ce qui leur a permis d’obtenir notamment des adresses e-mails et numéros de téléphone des utilisateurs et de pouvoir dérober des photos privées. Kaspersky précise que les pirates « ont utilisé la fonction de réinitialisation du mot de passe et intercepté la requête en utilisant un proxy web ». De cette façon, ils ont pu tromper Instagram en se faisant passer pour l’utilisateur. Peu après le piratage, Certains chiffres avancés, bien que difficile à mesurer, faisaient état de 100000 comptes touchés, mais ils semblent que les dégâts pourraient être plus important et jusqu’à 6 millions de comptes pourraient avoir été piraté de la sorte. Un mystérieux internaute a avoué à Ars Technica avoir réussi à utiliser cette vulnérabilité peu avant qu’Instagram e réagissent pour corriger la vulnérabilité et avoir réussi à voler les coordonnées de 500000 comptes par heure pendant 12 heures, avant que la faille en fonctionne plus. 6 millions de comptes probablement touchés Pour prouver ces dires, il aurait envoyé anonymement un échantillon de 10000 comptes à Ars Technica et après analyse, il semble que les comptes soient réels. Le spécialiste en cybersécurité Troy Hunt a personnellement étudié ce fichier et a indiqué dans un premier temps : « Ma conclusion, c’est qu’on ne trouve rien qui désavoue les données. Il est possible qu’elles aient été compilées depuis d’autres sources, mais toutes les indications montrent qu’elles sont véridiques », ajoutant peu après : « Je me suis penché [sur cette affaire] sérieusement, je suis quasiment sûr que c’est véridique. ». Il est donc possible que les coordonnées (mail et numéro de téléphone) de 6 millions d’utilisateurs soient aujourd’hui dans la nature. Le mystérieux pirate a d’ailleurs indiqué avoir mis en vente le fichier sur d’obscurs forums spécialisés et réclame 10 dollars par compte piraté. Sachant qu’un grand nombre concerne des comptes de personnalités, il est facile d’imaginer que ce dernier trouvera rapidement preneurs… Crédits Photos : Pixabay