Facebook Creator : une application pour éditer des contenus vidéo

Facebook Creator : une application pour éditer des contenus vidéo

Facebook est depuis plusieurs mois en quête de fonctionnalités et d’astuces pour conquérir le plus rapidement des parts de marché dans le domaine de la vidéo. L’idée étant pour le réseau social, de faire en sorte que les internautes privilégient Facebook pour partager des vidéos, plutôt que YouTube par exemple. Facebook lance l’application Facebook Creator et la plateforme Facebook for Creator Depuis seulement quelques jours, Facebook propose deux nouveaux outils qui raviront les adeptes de vidéo, puisque le réseau social a lancé en parallèle, une application baptisée Facebook Creator, qui comme l’indique son nom servira à éditer des vidéos directement depuis le réseau social. Le second outil est une plateforme d’aide en ligne, permettant aux internautes de trouver une foule d’informations et de conseils pour réaliser leur contenus vidéo, baptisée : Facebook for Creators. Facebook Creator est une suite qui doit simplifier la vie des créateurs, que ce soit dans la création ou la diffusion du contenu. Elle permet notamment d’avoir accès à : “Live Creative Kit” pour réaliser des live personnalisés et non seulement des diffusions. L’utilisateur aura également accès à “Community Tab” pour disposer d’une boîte de réception commune avec Messenger et Instagram, ainsi qu’à la fonctionnalité “Insight” pour disposer des analytiques des vidéos en temps réel. Autres possibilités apportées par Facebook Creator, c’est évidemment l’accès aux effets de camera et la simplification du Crosspostage proposée par la fonctionnalité “Camera et Stories“. Petit bémol, pour l’instant l’application Facebook Creator n‘est disponible que sous iOS, la firme de Mark Zuckerberg ayant souhaité effectuer un test grandeur nature avant un déploiement plus massif sur Android et PC. Attention, Facebook Creator se nomme Facebook Mentions en France, cela évitera de télécharger un mauvais clone. N’hésitez pas non plus à faire un tour sur le service d’aide aux créateurs pour obtenir un tas d’infos importantes pour optimiser vos contenus. Crédits Photos : Facebook

Like-jacking: Facebook a lancé une offensive contre la fraude aux liens

Like-jacking: Facebook a lancé une offensive contre la fraude aux liens

Certains pensaient avoir trouvé un filon, au travers du Like-jacking, une pratique qui consiste à créer des like artificiels. Plusieurs pages cachant des sociétés parfois peu scrupuleuses ont vu disparaître leur activité du jour au lendemain, depuis que Facebook a décidé de s’attaquer sérieusement à cette pratique de fraude aux liens. La France a justement vu plusieurs de ses pages FB les plus populaires disparaitre, à savoir celle de Firerank ou encore Le Petit Buzz. Facebook s’attaque aux pages trompant les utilisateurs La société Firerank doit regretter amèrement une interview donnée sur LinkedIn, aujourd’hui supprimée, dans laquelle le responsable de l’entreprise expliquait que son audience n’était pas naturelle, soulignant : « une majorité des grandes et très grandes pages françaises très actives que vous connaissez tous bien, ne se sont pas construites à 100 % naturellement. Firerank compris »… Il n’en fallait pas moins pour que Facebook saisisse la balle au bond et fasse donc le ménage. Le réseau social n’a que brièvement déclaré : « nous avons récemment désactivé un certain nombre de pages parce qu’elles utilisaient de façon répétée une technique trompant les utilisateurs, en les engageant à liker les pages involontairement. Cette pratique viole nos conditions d’utilisation et nous avons pris des mesures pour préserver l’intégrité de notre plateforme ». Par exemple en cliquant sur un lien ou une vidéo, l’utilisateur pensait accéder à du contenu et devenait en réalité fan de la page ou réalisait un like à son insu, ce qui boostait l’audience de la page et par conséquent ses revenus publicitaires. Firerank, c’était 1,1 million de chiffre d’affaires et 30 salariés à l’avenir plus qu’incertain dorénavant. Charles Marginier, le cofondateur de Firerank a d’ailleurs déclaré: « Notre société vient d’être rayée de la carte ». La page de ce chasseur de buzz a disparu, le spécialiste du contenu viral semble avoir titillé un peu trop la patience de Mark Zuckerberg. La fraude aux likes se fait de plusieurs manières et justement il y a encore quelques mois déjà, dans une autre interview, le responsable de Firerank expliquait les différentes méthodes pour obtenir une audience artificielle, à savoir : le rachat de pages, le renommage, la fusion et le « like-jacking ». Les internautes se sont évidemment lâchés sur Facebook, saluant l’initiative de Facebook et ne versant aucune larme pour les nombreuses pages qui viennent de fermer, puisque leurs méthodes avaient le don d’énerver un grand nombre d’utilisateurs du réseau social. Le réseau social accentuera son offensive dans ce domaine car ce genre de pages sont souvent également au cœur de mécaniques visant à propager à grande échelle des rumeurs ou des fake news. Un autre fléau du web… Crédits Photos : Pixabay

Le service de streaming vidéo de Disney devrait être bien moins cher que Netflix

Le service de streaming vidéo de Disney devrait être bien moins cher que Netflix

Cet été, Disney officialisait sa volonté de lancer en 2019 son propre service de SVoD façon Netflix. À encore bien des mois de ce lancement, le PDG de la firme Bob Iger a évoqué l’un des points importants de la future plateforme : son prix. Un prix de lancement attractif pour le service de Disney Il déclare ainsi : « Je peux dire que nos plans côté Disney est de facturer substantiellement en dessous d’où Netflix se trouve. C’est en partie pour refléter le fait qu’il y aura substantiellement moins de volume. Il y aura beaucoup de haute qualité grâce aux marques et franchises qui seront dessus dont nous avons parlé. Mais il sera lancé avec simplement moins de volume, et le prix reflétera cela.” Ainsi il n’est assurément pas impossible qu’une hausse de prix intervienne par la suite (comme l’a d’ailleurs fait Netflix) à force d’ajouter du contenu, comme la future série Star Wars ou encore la suite de Frozen, déjà officialisées. Mais le prix de lancement bas devrait assurément séduire bien des utilisateurs et notamment ceux de Netflix qui vont perdre l’accès au contenu Disney (Marvel, Pixar, Lucasfilm…etc.) au moment du lancement. On relèvera en parallèle qu’un autre acteur de la SVoD, Amazon, serait en train de réfléchir à une version gratuite financée par la publicité de son service vidéo. Au-delà du contenu original, la question du prix est donc capitale pour les acteurs du secteur. Quel impact pour Netflix ? En attendant, bien des questions demeurent. À commencer par la manière dont Disney se lancera à l’international (partout en simultané ? en Amérique du Nord dans un premier temps ?) ou encore comment seront gérées les séries Marvel de Netflix (Daredevil, Jessica Jones…etc.). D’ailleurs, le patron du service Reed Hastings déclarait récemment que le lancement du service de Disney ne devrait pas forcément avoir d’impact sur sa croissance, car dans de nombreux pays Netflix ne propose déjà pas beaucoup de programmes Disney et “qu’il s’en sort très bien à l’international“. Crédits Photos : Disney

Firefox 57 : la version majeure Quantum est disponible

Firefox 57 : la version majeure Quantum est disponible

Après plusieurs mois de bêta, la nouvelle version majeure de Firefox est là. Numérotée 57, cette nouvelle mouture est tellement importante pour le navigateur qu’elle possède même un nom : Firefox Quantum. Au menu : beaucoup de choses. Une version résolument plus moderne et performante Tout d’abord, le navigateur de Mozilla revoit sérieusement l’apparence de son interface (qui propose notamment par défaut une barre d’URL combinée) et y propose des fonctionnalités bienvenues comme l’intégration de Pocket, la possibilité de prendre des captures d’écran, de synchroniser des éléments en ligne ou encore le support poussé de la VR et du jeu vidéo. Cette nouvelle interface, épaulée par un nouveau moteur de rendu compatible multi-processus et mieux optimisé, permet également à Firefox d’être “deux fois plus rapide” que la version précédente, 30% plus léger que Chrome concernant la consommation de mémoire vive et plus fiable en cas de plantage d’un élément. En revanche, attention à vos extensions puisqu’à moins d’une mise à jour de la part des développeurs pour transformer leurs addons vers le format WebExtension, seul compatible désormais, beaucoup risquent de ne pas être compatibles avec cette nouvelle version. Télécharger Firefox 57 Quantum Pour télécharger Firefox 57 sans attendre la mise à jour automatique, direction cette page où sont proposées les versions Windows (32 et 64 bit), macOS et Linux (32 et 64 bit). Crédits Photos : Capture d'écran