SpaceX: le plan d’Elon Musk pour coloniser Mars

SpaceX: le plan d’Elon Musk pour coloniser Mars

Ce n’est plus un secret pour personne, l’ambition d’Elon Musk est de « Faire des humains une espèce multi-planétaire ». Pour y parvenir, l’homme d’affaires a déjà mis au point des fusées réutilisables via sa société SpaceX, mais il sait que cela ne sera pas suffisant pour envisager la colonisation de la planète rouge. Cela tombe bien, Elon Musk a un plan pour coloniser Mars ! Le voyage devant durer plusieurs mois et l’installation sur place probablement “définive” ou du moins de plusieurs années, il est évident que le confort spartiate des stations spatiales actuelles ne conviendra pas au plus grand nombre. L’homme d’affaires entend donner un style plus « croisière de luxe » à la conquête spatiale. Il souhaite donc construire d’immenses vaisseaux spatiaux, qui n’ont jamais été créés par l’homme jusqu’à présent, car ce dernier était confronté à la limite du poids enviable dans l’espace avec un seul lanceur, où chaque boulon compte… Elon Musk promet : « Il y aura des films, des salles de lecture et un restaurant. Ce sera vraiment top d’y aller. Vous allez passer un super moment ! ». Une salle de sport et de nombreux divertissements seront donc au rendez-vous du voyage martien. Dans son projet, l’homme d’affaires semble donc apporter beaucoup de cosmétiques pour rendre cette aventure plus joyeuse que les épopées dans l’ISS. Un point important car l’objectif à terme est une colonie d’un million d’habitants, il faudra donc plus que des boules d’eau flottant en apesanteur et quelques chansons à la guitare pour convaincre un maximum d’humains à entreprendre ce voyage. Le plus gros lanceur jamais créé par l’homme sera nécessaire Il existe toutefois une barrière de taille et comme toujours, c’est l’argent. Actuellement un tel voyage vers Mars coûterait 10 milliards de dollars par personne. Un prix que peu d’agences spatiales sont prêtes à payer. Elon Musk veut donc rabaisser ce tarif à 200.000 dollars par colon. Pour ce faire, l’unique option est de construire un vaisseau d’un nouveau genre, au moins trois fois plus gros que la plus grosse fusée actuelle et propulsé par 48 moteurs Raptor. Un projet rendu possible grâce à SpaceX, car il sera possible de créer un vaste convoi dans l’espace, avec des centaines de colons. Cette bête de 10 500 tonnes imaginée par Elon Musk disposerait donc d’une plus grande capacité réduisant ainsi le coût par humain, mais surtout elle deviendrait le lien entre la Terre et Mars. Il ne serait donc plus nécessaire à l’avenir de renvoyer systématiquement une fusée depuis la Terre, juste d’énormes cargos ravitailleurs réutilisables. Reste que la colonisation ne sera pas si simple et qu’il reste encore de nombreuses questions sans réponse. Elon Musk en est conscient, il a notamment déclaré : « Si on trouvait une manière de réchauffer la température sur Mars, on pourrait y recréer une atmosphère épaisse mais aussi des océans liquides ». L’absence d’atmosphère et d’eau est en effet un problème de taille, dont il faudra se préoccuper pour la faisabilité de ce nouveau pas de l’homme dans l’histoire de la conquête spatiale. Le problème n’est donc pas d’aller vers Mars, mais plutôt d’y rester… Si ce projet venait à voir le jour, seriez-vous prêt à déménager sur Mars ? Crédits Photos : Vidéo de SpaceX

SpaceX: le plan d’Elon Musk pour coloniser Mars

SpaceX: le plan d’Elon Musk pour coloniser Mars

Ce n’est plus un secret pour personne, l’ambition d’Elon Musk est de « Faire des humains une espèce multi-planétaire ». Pour y parvenir, l’homme d’affaires a déjà mis au point des fusées réutilisables via sa société SpaceX, mais il sait que cela ne sera pas suffisant pour envisager la colonisation de la planète rouge. Cela tombe bien, Elon Musk a un plan pour coloniser Mars ! Le voyage devant durer plusieurs mois et l’installation sur place probablement “définive” ou du moins de plusieurs années, il est évident que le confort spartiate des stations spatiales actuelles ne conviendra pas au plus grand nombre. L’homme d’affaires entend donner un style plus « croisière de luxe » à la conquête spatiale. Il souhaite donc construire d’immenses vaisseaux spatiaux, qui n’ont jamais été créés par l’homme jusqu’à présent, car ce dernier était confronté à la limite du poids enviable dans l’espace avec un seul lanceur, où chaque boulon compte… Elon Musk promet : « Il y aura des films, des salles de lecture et un restaurant. Ce sera vraiment top d’y aller. Vous allez passer un super moment ! ». Une salle de sport et de nombreux divertissements seront donc au rendez-vous du voyage martien. Dans son projet, l’homme d’affaires semble donc apporter beaucoup de cosmétiques pour rendre cette aventure plus joyeuse que les épopées dans l’ISS. Un point important car l’objectif à terme est une colonie d’un million d’habitants, il faudra donc plus que des boules d’eau flottant en apesanteur et quelques chansons à la guitare pour convaincre un maximum d’humains à entreprendre ce voyage. Le plus gros lanceur jamais créé par l’homme sera nécessaire Il existe toutefois une barrière de taille et comme toujours, c’est l’argent. Actuellement un tel voyage vers Mars coûterait 10 milliards de dollars par personne. Un prix que peu d’agences spatiales sont prêtes à payer. Elon Musk veut donc rabaisser ce tarif à 200.000 dollars par colon. Pour ce faire, l’unique option est de construire un vaisseau d’un nouveau genre, au moins trois fois plus gros que la plus grosse fusée actuelle et propulsé par 48 moteurs Raptor. Un projet rendu possible grâce à SpaceX, car il sera possible de créer un vaste convoi dans l’espace, avec des centaines de colons. Cette bête de 10 500 tonnes imaginée par Elon Musk disposerait donc d’une plus grande capacité réduisant ainsi le coût par humain, mais surtout elle deviendrait le lien entre la Terre et Mars. Il ne serait donc plus nécessaire à l’avenir de renvoyer systématiquement une fusée depuis la Terre, juste d’énormes cargos ravitailleurs réutilisables. Reste que la colonisation ne sera pas si simple et qu’il reste encore de nombreuses questions sans réponse. Elon Musk en est conscient, il a notamment déclaré : « Si on trouvait une manière de réchauffer la température sur Mars, on pourrait y recréer une atmosphère épaisse mais aussi des océans liquides ». L’absence d’atmosphère et d’eau est en effet un problème de taille, dont il faudra se préoccuper pour la faisabilité de ce nouveau pas de l’homme dans l’histoire de la conquête spatiale. Le problème n’est donc pas d’aller vers Mars, mais plutôt d’y rester… Si ce projet venait à voir le jour, seriez-vous prêt à déménager sur Mars ? Crédits Photos : Vidéo de SpaceX

Le risque que la Terre soit frappée par un astéroïde a encore augmenté

Le risque que la Terre soit frappée par un astéroïde a encore augmenté

Il n’est pas question d’une vision apocalyptique comme beaucoup aiment en faire, mais plutôt d’une mise en garde contre cette menace permanente qui vise la Terre et qui est pourtant souvent sous-estimée. Après le passage du dernier astéroïde, qui avait frôlé la Terre à 1,9 million de kilomètres (une distance très courte à l’échelle du cosmos !), les scientifiques nous avaient promis une relative tranquillité, en garantissant avoir tout sous contrôle pour les objets gravitant autour de notre planète et susceptibles d’être potentiellement dangereux. Ils nous avaient promis que le prochain évènement ne se passerait pas avant de très nombreuses années… Grosse erreur ! Un « essaim météorique » inconnu découvert au niveau d’une branche des Taurides Des scientifiques Tchèques viennent pourtant de déceler un essaim de météorites provenant d’une branche des Taurides, qui apparait régulièrement sur notre trajectoire, car la Terre se trouve à proximité durant environ trois semaines dans un cycle récurrent de quelques années. En scrutant cette zone de l’espace, les scientifiques ont découvert de très nombreux astéroïdes, dont beaucoup étaient inconnus et dont au moins deux ont des tailles de 200 à 300 mètres de large et beaucoup d’autres d’une dizaine de mètres. Les scientifiques tchèques ont expliqué : « Le plus probablement, la branche comprend aussi nombre d’astéroïdes non détectés, d’une dizaine de mètres de diamètre ou plus grands », ajoutant : « D’où le risque d’une collision avec un astéroïde qui augmente manifestement quand la Terre rencontre cet essaim de matière interplanétaire, toutes les quelques années ». L’Académie tchèque des sciences vient donc de raviver l’inquiétude de voir un jour un astéroïde s’écraser sur Terre et encourage vivement la communauté scientifique à désormais étudier cette zone de l’espace avec attention et à ne pas penser que le système solaire n’a plus de mystères à nous dévoiler. Il existe peut-être aujourd’hui un astéroïde dont la trajectoire est alignée sur celle de la Terre et qu’un jour ce corps céleste surgira de nulle part et causera d’importants dégâts au niveau régional ou continental, quelque part dans le monde. Crédits Photos : Nasa/ESA/M.A. Garlick

Le risque que la Terre soit frappée par un astéroïde a encore augmenté

Le risque que la Terre soit frappée par un astéroïde a encore augmenté

Il n’est pas question d’une vision apocalyptique comme beaucoup aiment en faire, mais plutôt d’une mise en garde contre cette menace permanente qui vise la Terre et qui est pourtant souvent sous-estimée. Après le passage du dernier astéroïde, qui avait frôlé la Terre à 1,9 million de kilomètres (une distance très courte à l’échelle du cosmos !), les scientifiques nous avaient promis une relative tranquillité, en garantissant avoir tout sous contrôle pour les objets gravitant autour de notre planète et susceptibles d’être potentiellement dangereux. Ils nous avaient promis que le prochain évènement ne se passerait pas avant de très nombreuses années… Grosse erreur ! Un « essaim météorique » inconnu découvert au niveau d’une branche des Taurides Des scientifiques Tchèques viennent pourtant de déceler un essaim de météorites provenant d’une branche des Taurides, qui apparait régulièrement sur notre trajectoire, car la Terre se trouve à proximité durant environ trois semaines dans un cycle récurrent de quelques années. En scrutant cette zone de l’espace, les scientifiques ont découvert de très nombreux astéroïdes, dont beaucoup étaient inconnus et dont au moins deux ont des tailles de 200 à 300 mètres de large et beaucoup d’autres d’une dizaine de mètres. Les scientifiques tchèques ont expliqué : « Le plus probablement, la branche comprend aussi nombre d’astéroïdes non détectés, d’une dizaine de mètres de diamètre ou plus grands », ajoutant : « D’où le risque d’une collision avec un astéroïde qui augmente manifestement quand la Terre rencontre cet essaim de matière interplanétaire, toutes les quelques années ». L’Académie tchèque des sciences vient donc de raviver l’inquiétude de voir un jour un astéroïde s’écraser sur Terre et encourage vivement la communauté scientifique à désormais étudier cette zone de l’espace avec attention et à ne pas penser que le système solaire n’a plus de mystères à nous dévoiler. Il existe peut-être aujourd’hui un astéroïde dont la trajectoire est alignée sur celle de la Terre et qu’un jour ce corps céleste surgira de nulle part et causera d’importants dégâts au niveau régional ou continental, quelque part dans le monde. Crédits Photos : Nasa/ESA/M.A. Garlick